Bougie : 3 à 4 hôpitaux dignes de ce nom et un semblant de CHU pour un million d’habitants

4
hôpital Frantz Fanon Bgayet

BOUGIE (Tamurt) – Le secteur de la santé bat de l’aile dans la région de Bougie. Un centre hospitalo-universitaire différent des autres et trois ou quatre hôpitaux dignes de ce nom pour l’ensemble de la population estimée à plus d’un million.

Alors que plusieurs wilayas disposent de leurs CHU et d’un hôpital, au minimum, par chef-lieu de daïra, à Bougie, le CHU est un assemblage administratif de trois anciennes structures en attendant la construction d’un véritable CHU, projet qui a été, à maintes reprises, enfoui dans les tiroirs. Au moment où une lueur d’espoir avait jailli quant à la réalisation de ce dernier, l’austérité prônée par le pouvoir d’Alger, à l’égard de la Kabylie exclusivement, a renvoyé aux calendes grecques la concrétisation du dit projet.

Outre l’absence d’un CHU, Bougie, pôle touristique par excellence et destination prisée par beaucoup de vacanciers en été, enregistre un manque criant de structures hospitalières notamment au niveau du littoral, la région qui voit sa population quintupler durant la saison estivale. De Bougie-ville jusqu’à Melbou, pour plus de trois cent mille habitants en saison estivale, seul le semblant d’hôpital d’Aokas fonctionne avec cinq polyclinique implantées à Aokas, Tichy, Tizi N’Berber, Souk El Tenine et Melbou. Il est vrai qu’il y a un projet de réalisation d’un hôpital de 60 lits à Souk El Tenine, mais pour le moment ce n’est qu’un simple chantier qui s’éternise. La pauvreté du secteur de la santé à Bougie confirme la thèse selon laquelle la région est réellement marginalisée par le pouvoir d’Alger.

Amaynut