Bougie : Chemini – Des cercueils frigorifiques pour les villages

0

Depuis la nuit des temps, les Kabyles ont toujours réalisé les projets de la cité grâce à la solidarité de tout un chacun. Comme nos collines demeurent oubliées, se prendre en charge est inévitable. Même si ces derniers temps les gens ont tendance à préférer l’individualisme aux vielles habitudes de solidarité.

Toutefois, la vie commune avec toutes ses spécificités est loin de faire partie d’un passé révolu. Dans la commune de Chemini, située dans la vallée de la Soummam, Tajmaât garde son trône au moment où l’on pense que sa place n’est plus comme jadis.

Avec l’avènement de la chaleur nombre de problèmes refont surface et les citoyens livrés à eux mêmes n’ont guère de choix que d’y faire face. Les personnes qui décèdent pendant la saison chaude posent, parfois, de sérieuses
entraves, surtout lorsqu’elles ont des proches à l’étranger.

Comme la tradition exige un dernier adieu, on ne peut enterrer les morts
qu’après l’ultime « adieu ». Mais lorsque l’attente dépasse deux à trois jours, la situation se complique d’avantage. Pour cela, la majorité des villages de la région des Ath Ouaghlis ont confectionné des cercueils frigorifiques. Une manière de perpétuer la marche de « Tajmaât », qui est toujours incontournable dans la vie des villageois de la basse Kabylie.

Le temps qui passe n’a pas eu raison de la volonté des femmes et des hommes. Y a-t-il de plus beau ?