Bgayet exige la libération de Merzouk Touati

2
Placette Mekbel 10 12 2018
Placette Mekbel 10 12 2018

BGAYET (Tamurt) – Rassemblés, ce lundi matin, au niveau de l’esplanade de la maison de la culture Taos Amrouche de Bgayet, les défenseurs des droits de l’homme et de la liberté d’expression ont marché jusqu’à la placette Saïd Mekbel pour exiger la libération de Merzouk Touati.

Ils étaient plusieurs centaines à avoir battu le pavé près d’une heure durant.  Arrivés au lieu de chute programmé, les marcheurs ont eu à écouter les speechs des animateurs qui ont tenu à rappeler le principe du respect de la liberté d’expression.  Par ailleurs, durant leur marche, ils n’ont pas arrêté de scander des slogans exigeant la libération de ce détenu d’opinion.
Injustement incarcéré pour « intelligence avec les israélites », Merzouk Touati a été condamné à 7 ans de prison alors que des corrompus, aux commandes de l’Etat algérien, continuent à «  faire des affaires » sans s’inquiéter sur leur avenir ou autre. Comme par hasard, la veille, Chakib Khellil, le plus corrompu des décideurs algériens a été accueilli en héros par les lécheurs de Bgayet. 

Il est utile toutefois de souligner que la journée du 10 décembre n’a pas été choisie fortuitement par les organisateurs. C’est la journée internationale des droits de l’homme. Comme quoi, toutes les occasions sont bonnes pour exercer son droit.  

Amaynut pour Tamurt 

2 COMMENTAIRES

  1. Le propre des dictatures et des sectes en général est d’isoler leurs populations de l’extérieur et leur faire perdre leur identité intérieure donc créer du vide en les séparant de leur famille (ethnique) naturelle . Ce faisant il ne leurs reste que la nouvelle idéologie qu’on leur infuse comme expédient pour remplacer le vide créé artificiellement (comme dit Lavoisier : « La nature a horreur du vide ») .Cette nouvelle secte ici ,araboislamiste et surtout ceux qui l’instrumentalisent, doivent sans cesse être plus insistants et matraquer inlassablement la population pour l’empêcher de penser ne serait ce qu’un instant et surtout lui éviter toute influence culturelle extérieure (le choix de l’arabe isolant du progrès) n’est pas anodin. Ainsi donc ce système accouche peu à peu d’un nouveau monstre de plus en plus mutagène à la limite du contrôlable ,s’il perçoit la moindre opposition (Kabyle notamment) . De fil en aiguille nos arabisés deviennent plus arabe et musulmans (du moins le croient ils) que les autochtones arabes et plus « Algériens » que les autochtones berbères . Un tour de passe passe pour devenir tout et son contraire en quelque sorte. Même l’Arabie Saoudite a de bonnes relations avec Israël . Mais l’Algérie ne l’entend pas de cette oreille et veut lui apprendre à défendre la cause arabe,comme si on pouvait apprendre au singe à faire la grimace.
    Ainsi Merzouk Touati ouvert d’esprit sur le monde fait les frais de ce patchwork algérien empêtré dans des contradictions où l’ont fourvoyé 2500 ans de colonisation et qui ne subsiste qu’en se cherchant des ennemis partout ,même dans sa propre demeure tout ça ,pour éviter de se regarder ne serait ce qu’un instant dans le miroir de son histoire.
    Il faut libérer le soldat de la liberté Merzouk Touati !

  2. Moi aussi j’ai parlé pas seulement à un journaliste Israelien et j’ai des amis Juifs sionistes, c’est quoi ce Mccartisme arabe sans les vrais arabes? Depuis quand les Juifs seraient nos ennemis? Est ce les Juifs qui avaient massacré en 63 en Kabylie oubien durant la décennie noire oubien vos freres en islam des autres régions d’algérie?

    Le fond du régime refait surface et à chaque fois c’est le visage sombre qui le caractérise. Quand une dictature s’instaure elle nècessite de leviers culturels, boumediene et sa clique des kouliglis avaient fait recours à l’islam pour attenuer la Berbérité. Quand on superpose une identité à un peuple on est dans la domination et donc il faut tétaniser pour gouverner, c’est bon pour le betail mais pas pour gouverner un peuple plusieurs fois millénaire. Surtout que cette farce arabe tourne au fiasco, ils ont envoyé- après le massacre de kabylie en 63, des soldats algériens comme chair à canons de l’arabisme, et bien ils étaient sur le terrain quand sans les avertir l’Egypte avait signè la trève, plus le drapeau Israelien flottera plus tard au Caire. Que dire de la phase islamiste du régime, il faut dire clairement que l’islamisme est dans le projet du régime et n’est pas tombé du ciel. Pour soudoyer l’Arabie saoudite en vue d’un emprunt après la crise de 86, ils sortent leurs islamistes des mosquées et leurs mettent des gandouras et un parti. Sauf que l’élève dépassera son maitre et voulait gerer la relation directement avec les saoudiens plutot que de passer par les nababs du régime. Puis la guerre entre ces deux franges du régime – arabisme et islamisme-. Malgré ce drame des 200 ou 300 000 morts c’est l’Etat/arabe qui imposera la charia dans les écoles et élèvera les mosquées à moralisateurs de la société, preuve que le projet islamiste est prédisposé à terme.
    C’est donc dans ce contexte de vide identitaire couvert d’islamisme que la peur devient phobie et tentation du tout controle. La Kabylie qui depuis des millénaires n’avait jamais eu peur des autres peuples qu’elle respecte mais desquels elle ne s’attend rien, puisqu’elle a toujours compté sur elle -meme. Notre ethique avait toujours codifié les relations intérieures et extérieures. Avec l’Etat arabe notre vision du monde pose problème au régime. C’est pour cela que toute action Kabyle est suspecte. On boycott tout investissement productif en Kabylie on boycott tout ascension de Kabyles qui refusent la terreur et le militairsme, on autorise les centres culturels Francais à Oran constantine Alger Tlemcen, mais pas en Kabylie.
    Refait surface « l’eternel retour », peut on gouverner un peuple malgré sa culture?

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici