Bougie / La « faucheuse » tue encore – Un retraité âgé de 67 ans se suicide

0

Le malheureux a été retrouvé mort par sa femme, ce samedi, vers 7 heures du matin. Le corps de l’ex-Parisien a été transporté à la morgue de l’hôpital par les agents de la protection civile pour autopsie et la gendarmerie nationale a ouvert une enquête pour élucider les faits de cette tragédie.

Toute la région est désormais morose ; un brave homme venait de quitter ce monde d’une manière brutale. Cette tristesse sur les visages des villageois. Il y a eu beaucoup de larmes et autant de regrets. Cette énième mort absurde s’ajoute à la longue liste des suicides qu’enregistre la basse Kabylie. Nous avons signalé ce phénomène à moult reprises, dans nos éditions précédentes, mais la vie des citoyens ne semble pas avoir une grande importance pour les pouvoirs publics et notre travail journalistique n’interpelle personne, ou presque.

Les pays qui se respectent se consacrent, sans cesse, pour comprendre le suicide et le stopper, un tant soit peu. Chez nous, on se contente de compter les morts en silence et parfois en ermite. L’Algérie forme, annuellement, des centaines de sociologues et de psychologues, lesquels peuvent soulager les souffrances des gens et leur éviter le pire. Cependant, la majorité de ces spécialistes rasent les murs et sont eux-mêmes livrés à un marasme social indescriptible.

En attendant des jours meilleurs, ou plutôt des jours moins mauvais, les kabyles continuent de se suicider. Dans leur tunnel incommensurable, ces personnes souffrantes attendent une solution salvatrice, elles attendant toujours…