Bougie : Le Littoral kabyle pris d’assaut par les estivants

5

BOUGIE (Tamurt) – Le ramadhan, par l’entremise de la fête de l’Aïd, a été remplacé de pied ferme par la saison estivale laquelle, hélas, n’a que trois semaines à puiser. Tit ! Tit ! Vroum ! Vroum ! C’est le son des klaxons des voitures et le bruit des échappements des motos qui tentent de zigzaguer entre les files de voitures qui rejoignent, majoritairement à partir de la région de Sétif et Bordj Bou Arreridj, les villes côtières de la wilaya de Bougie, prises d’assaut au lendemain de la fête de l’Aïd.

Apparemment, les vacanciers ne veulent pas perdre une journée du mois d’août, période à laquelle se résume l’été cette année. Depuis vendredi, c’est à nouveau le rush vers les communes du littoral de la wilaya de Bougie avec les habituels embouteillages de saison qui indisposent les autochtones, obligés de faire avec malgré leur vœu de calme et de paix!

Ainsi donc après la première dizaine du mois de juillet, période estivale hors ramadhan, durant laquelle le littoral Est de la Kabylie avait été envahi par les vacanciers, revoilà bon nombre d’entre eux qui veulent profiter des trois dernières semaines du mois d’août pour passer quelques jours en bord de mer. Abdelatif, un chaoui de Khenchela, est venu spécialement de France pour passer une quinzaine de jours dans la région kabyle qu’il dit affectionner particulièrement. « J’ai passé une semaine de mon congé en Espagne avant de rentrer au bled pour deux semaines que je passerai chez vous, en Kabylie, comme j’ai l’habitude de faire chaque année » nous confiera notre intrelocuteur.

Nombreux dont les vacanciers comme Abdelatif qui ont loué des appartements, villas, chambres d’hôtel ou encore des tentes dans des campings familiaux pour y séjourner durant ces trois semaines d’août. Les tenanciers de ces structures d’accueil ont offert des promotions pour le mois de ramadhan mais en vain et sont revenus à leurs prix initiaux dès la fin de ce dernier, avec une légère augmentation par rapport à ceux pratiqués en juillet. Des appartements meublés sont proposés entre 4.000 et 8000 dinars la nuitée presque au même prix que les chambres d’hôtel. Pour avoir moins cher, il faut aller du côté des campings où on propose des tentes familiales à 2500 dinars la nuitée.

Incontestablement, la Kabylie, en développant le tourisme, peut se prévaloir d’avoir des sources de revenus aussi importantes que celles des pays producteurs de pétrole.

Amaynut