Bougie : Panique au lycée Maouche Idriss de Bordj Mira

2

Il est environ dix heures et demie ce matin du premier jour de février 2010 lorsqu’un extincteur défectueux s’est mis à cracher tous azimuts son contenu. L’expulsion soudaine de l’air sous haute pression et le boucan qui s’ensuit est assimilée à l’explosion d’une bombe. La panique s’empare des lycéens et du personnel de l’établissement présent en grand nombre vers cette heure matinale.

Dans un mouvement d’affolement indescriptible, selon des témoins présents sur place, une foule en panique s’est précipitée vers les sorties. Un lycéen encore sous le choc nous confie : « nous étions en salle de classe quand soudain nous entendons retentir un bruit surprenant. Pris de panique et obéissant aux consignes des professeurs, nous nous sommes précipités vers les sorties. Ceux qui étaient dans les étages ont emprunté les escaliers. Les autres n’avaient pas d’autre choix que de s’enfuir par les fenêtres ».

Dans la bousculade générale, on dénombre plusieurs dizaines de blessés légers pris en charge par les éléments de la protection civile et les unités de soins de la région. On note aussi une cinquantaine de jeunes filles ayant perdu connaissance suite à une très forte charge émotionnelle.

Une enquête est ouverte pour déterminer les causes réelles de cet incident qui aurait pu coûter la vie à des jeunes à la fleur de l’âge. Les investigations sont amenées à déterminer s’il s’agit d’un canular de mauvais goût d’un ou de plusieurs irresponsables ou bien la conséquence directe d’une négligence humaine.

Syphax Bakouche