Bougie – Village Afra : Un village oublié

7

BOUGIE (Tamurt) – Les habitants de cette bourgade ne savent plus que faire face aux interminables problèmes.

Afra, un village situé a 4 Km du chef-lieu de la commune d’Amizour est considéré comme étant le village le plus reculé de la commune. L’association Tidukla ne cesse de manifester le mécontentement de toute une population.

Lorsque le développement à Afra parait être en panne, et ce, malgré les espoirs des uns et des autres. La population continue de sup­porter une vie avec peine, c’est ­à dire, tout a fait le contraire dune existence meilleure. Le visiteur du village d’Afra pour la première fois, constatera facilement l’état détérioré des routes, plus particulièrement, le chemin qui mène à l’école primaire. Une piste complètement dégradée. En outre, il y a les deux autres routes qui ont plus que besoin d’être goudronnées. L’une est de 100m du lieu en question, l’autre est à 30m. Une route de 2 Km attend également un re­vêtement et du bitume.

Ce qui complique davantage la situation des habitants, représentés par les membres de l’association « Ti­dukla » ; qui signifie en Kabyle l’union, est le manque de points d’eau potable. La seule source d’eau qui existe est celle située à Bouftlone. C’est une fontaine, qui risque de disparaître vu sa situation au bord dune falaise en voie de pelletage. Tout le monde se de­mande si un jour cette fontaine, qui a besoin d’entretien sera ef­fectivement prise en charge de la part des autorités. Par ailleurs, les pannes presque quotidienne­ment au niveau des de la distribution d’eau, au niveau d’Amizour- Barbacha, ont générées tant de tracasseries chez les citoyens. « Pour en fi­nir une bonne fois pour toutes, il faut que le service d’Hydraulique dégage la troisième tranche pour l’entretien de la conduite d’eau », nous déclare le représentant de l’as­sociation Tidukla.

L’autre souci qui préoccupe énormément les membres du mouvement associatif est la défaillance flagrante dans le réseau d’assai­nissement, notamment lorsqu’on sait qu’un caniveau d’assainis­sement a été creusé juste sur la conduite générale de l’eau potable. Un membre de la même association a signale qu’ Il faut que cette question soit prise en considération avant qu’elle provoque des maladies qui risqueraient de s’avérer très dangereuses telles que la typhoïde. Toujours dans le cadre de l’hygiène, Na Fatima, une citoyenne d’Afra se plaint des odeurs et des fumées qui se dégagent à partir d’un poulailler implanté près d’une vingtaine de maisons.

En outre, aucune an­tenne administrative n’existe au niveau de ce village. Ce qui conduit la population à parcourir une longue distance à pied pour se faire délivrer leurs documents d’état civil.

Dans le domaine sportif, le club de football du village ne cesse de revendiquer la possibilité de se doter d’un stade de proximité, en vain.

Pour ce qui est des infrastructures sani­taires, le village d’Afra ne dis­pose d’aucune structure et même pas une salle de soins ou encore un centre de vaccination pour les nouveaux nés.

Il faut aussi signa­ler que l’école primaire d’Afra, qui manque de la moindre infrastructure, souffre de beaucoup de problèmes. Une cour sans béton et bien d’autres manques. Devant le regorgement des salles d’études, le premier, responsable de cette école de­mande une classe supplémentaire.

Pour toutes ces raisons et bien d’autres, les pouvoirs publics devraient prendre en charge cette bourgade oubliée.