Bougie, ville garnison : La contestation citoyenne lors de la venue de Sellal ferait peur aux autorités

3

BOUGIE (Tamurt) – C’est vrai qu’en dehors de Mokdad Sifi qui avait visité Bougie en 1995, Abdelmalek Sellal sera le deuxième chef du gouvernement du pouvoir d’Alger à s’y rendre. Mais de là à rameuter tous les services de sécurité, il y a de quoi se poser des questions.

De qui a-t-on peur ? Ce n’est certainement pas des terroristes. C’est probablement l’éventuelle manifestation citoyenne qui serait derrière le renforcement des services de sécurité de la wilaya par ceux des autres régions.

Durant toute la journée du vendredi, des dizaines et des dizaines de véhicules de police et de gendarmerie ont rejoint la ville de Bougie venant, dans leur majorité, de l’Est, siège des états-majors régionaux de ces deux services de sécurité. Il semblerait que les habitants d’Iberbachen comme ceux d’Aokas auraient prévu des coupures de routes pour faire aboutir leurs revendications mais ce ne sont là que de simples rumeurs lesquelles ont été, apparemment, prises au sérieux par les responsables.

Les élus ont travaillé même le week-end pour plaire à Sellal

Les élus de la Kabylie sont enfin de compte de simples marionnettes avec lesquelles le pouvoir joue comme il l’entend. Se cachant derrière le blocage, ils ne font aucun effort pour s’imposer en haut lieu et défendre les droits de leurs concitoyens. Avec leur soumission, l’administration a, en les faisant travailler nuit et jour depuis près d’un mois, redonné un autre visage à l’environnement de la wilaya de Bougie dans l’unique but de plaire au premier ministre.

Attendu avec, semble-t-il, sept ministres qui composeront sa délégation, Abdelmalek Sellal, ce kabyle de Guenzet, la région du tout-puissant patron du DRS, le général Tewfik, visitera Akbou, Seddouk, Oued Ghir, Bougie et Melbou où il donnera le coup de starter de certains projets.
En officialisant l’entame de la pénétrante autoroutière reliant Bougie, cette wilaya longtemps marginalisée, à l’autoroute Est-ouest et le projet de réalisation du centre hospitalo-universitaire à Oued Ghir, les plus grandes attentes citoyennes, les habitants de la région auront une sorte de poudre aux yeux que ressortiront à chaque fois les responsables locaux pour les convaincre de la volonté de Boutef de se réconcilier avec eux. Ce ne sera qu’un leurre car dès lors que la délégation gouvernementale quittera Bougie, tout redeviendra comme avant, soit au même stade de blocage et rien ne se fera dans les délais comme dans toute la Kabylie, non pas uniquement dans la wilaya de Bougie.

Dommage que les élus locaux, ces kabyles de service, aient attendu des instructions du wali pour travailler le week-end alors que leurs concitoyens attendaient beaucoup d’eux.

Amaynut