Blocage de l’APN en Algérie : la population de la Kabylie indifférente

0

KABYLIE (Tamurt) – Aucun intérêt n’est exprimé dans la rue par rapports aux événement graves et inédits qui se déroule au sein de l’Assemblée populaire nationale (APN) en Algérie depuis une quinzaine de jours. Il y en a même qui ignorent ce qui s’y passe surtout dans la région de Kabylie.

Alors que les médias se sont emparés de cette affaire de blocage de l’APN, dont les travaux sont gelés, faut-il le rappeler, depuis une semaine, la population, elle, n’est pas du tout branchée à cette affaire. Elle ne se sent concernée ni de près ni de loin par cet épisode. C’est le cas plus particulièrement en Kabylie où l’on n’en parle même pas. A Bgayet, Tizi Ouzou ou Bouira, c’est le même constat qui est fait. Un événement aussi grave que le blocage de l’APN qui n’attire pas l’attention de la population qui se ne sont nullement concernée veut dire beaucoup de choses.

Pour l’instant, aucune répercussion directe ni indirecte n’est ressentie par la crise qui secoue l’APN mais cette situation risque, tôt ou tard, de changer. Surtout si les choses ne rentrent pas dans l’ordre. Ce qui semble être le cas au vu du statu quo constaté concernant cette situation inédite en Algérie, en dépit de toutes les crises politiques et institutionnelles qui ont secoué le régime politique algérien depuis l’indépendance et toute les guerres de clans qui naissent à la veille de chaque élection présidentielle dans le pays.

Quant à l’indifférence totale exprimée par la population, il va sans dire qu’elle reflète le fait que depuis des décennies, le divorce est consommé entre la population et les institutions de l’Etat algérien, qu’elle soient les assemblées élues ou encore les partis politiques, qui sont désormais tous empêtrées dans les mêmes pratiques malsaines que celles du parti unique, le FLN, tant dénoncé par les partis dits de l’opposition, avant que ces derniers ne se rallient finalement en contre-partie d’avantages et de privilèges financiers.

Tarik Haddouche