Bouaziz Ait Chebib à Akbil : Notre salut est dans notre union

29

AKBIL (Tamurt) – Sur initiative d’un groupe de militants souverainistes du  village Ait Laziz, Bouaziz Ait Chebib, a animé dans l’après midi du 20 janvier une rencontre citoyenne dans la commune d’Akbil.

Le froid n’a pas empêché les citoyens d’être au rendez-vous  afin de débattre  avec le conférencier de  la situation qui prévaut en Kabylie et les perspectives d’avenir.

Avant l’entame de la rencontre, Bouaziz Ait Chebib a tenu à exprimer sa solidarité indéfectible  avec le Dr Kameleddine Fekhar qui après plus de deux semaines de grève de la faim en l’absence de prise en charge médicale, a été transféré à l’hôpital dans un état critique : « Un grand militant des droits de l’Homme et de la liberté du peuple mozabite  est en train de mourir à petit feu à cause de l’arbitraire de et de l’injustice de l’Etat algérien. Le Dr Fekhar pour qui je manifeste toute ma solidarité  est coupable de la justesse et la noblesse de son combat. Il ne fait  que défendre les droits du peuple mozabite qui résiste héroïquement face aux agressions coloniales dont il est victime depuis 1962.

Nous appelons tous les militants et les organisations des droits de l’Homme afin d’agir au plus vite pour extirper le Dr Fekhar et ses compagnons des geôles algériennes avant qu’il ne soit trop tard, avant de les avoir sur la conscience.».

Concernant la Kabylie, le conférencier dira d’emblée que  d’un point de vue historique, politique et du droit international, les Kabyles constituent un peuple et c’est à ce titre qu’ils ouvrent  droit à choisir librement et souverainement le statut politique qui leur sied. « Il n’y a d’avenir pour le peuple kabyle que dans le cadre de l’avènement de son propre Etat. En vrai, nous n’avons rien inventé car historiquement le peuple kabyle a toujours vécu sur le mode de l’autodétermination. La Kabylie n’a jamais été dépendante d’un pouvoir central. ».

Bouaziz Ait Chebib a exprimé ses craintes concernant le risque  de voir les polémiques entre indépendantistes et autonomistes kabyles éclipser  l’essentiel à savoir : l’instauration d’un Etat kabyle libre, démocratique, laïque et social.  Et c’est pour cette raison qu’il reste attaché au principe de l’Autodétermination : « L’autodétermination a l’avantage par rapport à la situation kabyle, c’est qu’elle n’exclue ni l’autonomie ni  l’indépendance qui restent des options parmi d’autres. Ces deux options, majoritaires chez les militants kabyles, se complètent dans la mesure où les deux ont pour but l’avènement d’un Etat Kabyle. Alors, au lieu qu’il y ait confrontation entre les deux visions, il est vital de les rassembler autour d’un objectif commun à savoir l’autodétermination du peuple kabyle avec la décision finale qui reviendra au peuple kabyle par voie référendaire. Cela nous permettra de trouver une solution juste et équitable entre autonomistes et indépendantistes puisque les deux œuvrent conjointement à l’émancipation du peuple kabyle vis-à-vis du régime colonial d’Alger, tout en légitimant la décision finale par la voie librement choisie par le peuple kabyle dans sa totalité. Il n’y a pas plus démocratique que cela, avec en prime la garantie du droit international, du moins dans ses principes juridiques. Avec cette démarche, nous sommes dans le libre choix, la démocratie et le droit international. Une voie royale… ».

Enfin,  Bouaziz Ait Chebib  a plaidé pour  l’unité des rangs kabyles  comme un impératif vital pour libérer la Kabylie du joug colonial algérien. « Notre salut est dans notre union. De ce fait, il faut aller vers une deuxième conférence nationale kabyle  afin de rapprocher les  points de vue, adopter un pacte de respect mutuel et  établir  un SMIG kabyle qui va rassembler tous les acteurs de la Kabylie  et ce, quelles que soient les divergences qui peuvent exister entre eux car notre patrie  a besoin de tous ses enfants ».

Groupe de militants