Bouchouareb – Rebrab : la guerre déclarée

11
ALGER (Tamurt) – La guerre est désormais déclarée entre  le ministre algérien de l’Industrie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb, ainsi que le patron du Groupe Cévital, Issad Rebrab.
Alors que ce dernier accuse le ministre Bouchouareb de « régionalisme et de favoritisme » dans le traitement des dossiers d’investissement, le ministre dément ses accusations et affirme que Rebrab n’a jamais déposé une demande d’audience officielle avec lui, ajoutant que ce dernier veut imposer ses lois et introduire en Algérie du vieux matériel à des prix surfacturés.
Répondant hier aux reproches émis récemment à son égard par le président du Groupe Cevital, l’ayant qualifié de « ministre qui bloque l’industrie en Algérie », le ministre a été catégorique : « Je cherche toujours dans mes tiroirs la demande d’audience du patron de Cevital et j’en ai pas trouvé pour l’instant. Il est vrai que des connaissances communes me passent de temps en temps des messages, mais je ne suis pas structuré pour fonctionner de la sorte».
Abdesselam Bouchouareb a estimé encore que Rebrab a un seul problème avec lui, mais pas avec le ministère de l’Industrie et des Mines «  dans l’acquisition de l’usine Brandt (en France), parmi les conditions imposées par le partenaire français, renouveler ses équipements. Après le renouvellement des vieux équipements, Rebrab a voulu les introduire en Algérie alors que la réglementation lui interdit cela », a-t-il dit.  « Il veut envoyer aux algériens de vieux équipements et en plus à un montant du double de l’acquisition de tout l’actif qui est de 2.5 millions d’Euros, en sachant qu’il a demandé 5.7 pour des équipements dont il est pourtant propriétaire », a ajouté Bouchouareb. Il est à rappeler que le 10 juin passé, un représentant de Rebrab a été reçu au ministère de l’Industrie et des Mines et toutes les explications lui ont été données.
De son côté, le patron du Cevital tient toujours  à ses accusations. Contacté par une chaîne TV algérienne, il s’est dit  prêt pour défier le ministre en direct des plateaux de télévisions pour montrer aux algériens les quatre vérités et leur montrer comment le ministre bloque l’investissement devant lui malgré les richesses et les emplois qu’il génère.
Hakim Tazrourt