Boumediène, le père du racisme en Algérie

2

ALGÉRIE (Tamurt) – Le criminel Boukharouba, alias Boumediène, qui a confisqué l’indépendance aux Algériens en 1962, est, incontestablement, le père fondateur du racisme en Algérie. C’était lui qui a imposé l’arabe aux Algériens, un programme colonial français entamé déjà depuis les années 1800. Boukharouba n’a fait que continuer la politique répressive de la France coloniale.

Il a aussi liquidé physiquement les chefs historiques kabyles. Boukharouba a inculqué aux Algériens la haine contre tamazight. Bref, il a réussi en quelques années là ou les autorités françaises ont échoué depuis plus d’un siècle. Devant le racisme viscéral d’une bonne partie des Algériens envers tamazight et les Kabyles, il est tout à fait logique que ces derniers demandent leur indépendance.

Donc, les séparatistes et « la main étrangère », ce ne sont pas les Kabyles, mais les décideurs algériens, à leurs tête le criminel Boukharouba, Benbella and-co. Au contraire, depuis 1962 les Kabyles essayent de s’unir avec les Algériens, mais en vain. Le racisme des Algériens assumé même par les autorités officielles a rendu cette « fraternité » impossible.

Ravah Amokrane

2 COMMENTAIRES

  1. Bien avant boumediene, qui est lui aussi un kouliglis, il y eut la volonte’ du colonialisme de choisir nos » leaders ». Emir abdk est le premier puis vint messali, que l’ on a instruit pour  » normaliser/controller » le mouvement des migrants kabyleo-anarchistes qui se developpait. Voila’ parachute’ messali, comme par miracle une  » anarchiste »francaise qui pilote le mouvement dans toutes les activites, messali mettait juste son nom. Il avait comme conseiller et chuchotteur un turco-ibanais Arselan. L’ arabislamisme a toujours ete le levier pour minoriser la berberite’. boumediene est l’ explicitation d’ une politique bien huilee. Le congres de la Soummam derangeait trop on invente son contraire au caire, ou’ l’ on deconstruit ses bases, ce qui termine par la liquidation physique de Abane. boumediene et benbella refont en 63 la solution finale en kabylie. Mentre- temps un autre kouliglis seme l’ideologie assimilationiste, benbadis passeisant la berberite’ en lui determinant un positionnement subordonne’ a’ l’ arabite’. En sommes, la guerre ne termine pas apres les fusils, ce que nous e seigne la contitutionette qui fait de nous des arabes d’ office.

  2. Scientifiquement parlant, le mot racisme est un non-sens. Le concept de « races » différentes n’existe pas pour les humains. Le mot xénophobie (peur de ce qui est différent) est le mot qui convient au lieu de racisme.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici