Boumediène, le père du racisme en Algérie

2
ALGIERS, ALGERIA - SEPTEMBER 11: A Meeting in a stadium with FLN (National Liberation Front) leaders Kaid Ahmed, Colonel Mohamed Chabani, Ahmed Ben Bella, Houari Boumediene and Ali Mendjeli on September 11, 1962 in Algiers, Algeria. (Photo by REPORTERS ASSOCIES/Gamma-Keystone via Getty Images)

ALGÉRIE (Tamurt) – Le criminel Boukharouba, alias Boumediène, qui a confisqué l’indépendance aux Algériens en 1962, est, incontestablement, le père fondateur du racisme en Algérie. C’était lui qui a imposé l’arabe aux Algériens, un programme colonial français entamé déjà depuis les années 1800. Boukharouba n’a fait que continuer la politique répressive de la France coloniale.

Il a aussi liquidé physiquement les chefs historiques kabyles. Boukharouba a inculqué aux Algériens la haine contre tamazight. Bref, il a réussi en quelques années là ou les autorités françaises ont échoué depuis plus d’un siècle. Devant le racisme viscéral d’une bonne partie des Algériens envers tamazight et les Kabyles, il est tout à fait logique que ces derniers demandent leur indépendance.

Donc, les séparatistes et « la main étrangère », ce ne sont pas les Kabyles, mais les décideurs algériens, à leurs tête le criminel Boukharouba, Benbella and-co. Au contraire, depuis 1962 les Kabyles essayent de s’unir avec les Algériens, mais en vain. Le racisme des Algériens assumé même par les autorités officielles a rendu cette « fraternité » impossible.

Ravah Amokrane