Bouteflika tente de leurrer encore les Kabyles et les Algériens

20

ALGERIE (Tamurt) – Signalons d’emblée que d’aucuns ne savent si l’Administration centrale d’Alger veut faire passer sous silence l’échec de la charte pour la paix et la réconciliation nationale en présentant les chiffres du budget de l’année prochaine de l’ordre de 2 992 milliards de dinars de recettes et 6 6O5 milliards de dinars de dépenses ou le contraire, c’est-à-dire faire oublier aux Kabyles et aux Algériens leur misère économique et sociale en présentant cette charte en question comme « une réussite ».

Une chose est sûre cependant : le principal employé temporaire du DRS et ses agents subalternes ont beau s’égosiller sur la paix retrouvée et l’économie relancée, la réalité du terrain ne cesse de les « gifler ». En effet, le document portant charte pour la paix et la réconciliation nationale, présenté au référendum un certain 29 septembre 2OO5 et qui l n’a mobilisé que I7 % de l’électorat kabyle algérien n’a pas ramené la paix, encore moins la réconciliation entre les coupables et les victimes. Les seuls bénéficiaires de ce texte concocté à la va-vite dans les laboratoires de l’Administration centrale d’Alger sont les auteurs des tueries et des crimes économiques. Si ce texte est réellement porteur de bons fruits, comment expliquer que la Kabylie est plus que jamais quadrillée par les militaires et qu’en même temps, kidnappings, faux barrages, feux de forêts d’origine criminelle constituent le lot quotidien des Kabyles. Et comment expliquer aussi ce gigantesque rassemblement des familles des disparus organisé, hier, à Alger?

À présent, seul l’ENTV, principal organe de propagande au service du principal employé du DRS, du reste inefficace, continue de chanter les louanges de la charte pour la paix et la réconciliation nationale. Même l’avocat, Mohamed Kasentini, l’homme qui avait l’habitude de prendre des personnes enlevées par des groupes criminels pour des terroristes, s’est montré « pusillanime » devant le micro du journaliste de l’ENTV. Pire encore. Il ne se passe pas un jour sans que la presse écrite algérienne ne mentionne dans ses pages El Quaïda au Maghreb Islamique (AQMI). Si la paix était réellement de retour dans le pays, il faudrait alors conclure que les journalistes kabyles et algériens sont dans un besoin urgent d’une cure psychanalytique collective. Non, nos journalistes ne souffrent pas de paranoïa. Le terrorisme est fortement présent aussi bien en Kabylie qu’en Algérie. Mais, passons !

L’employé temporaire du DRS et ses agents subalternes prévoient au terme de l’exercice 2OII 6 6O5 milliards DA de dépenses et 2 992 milliards DA des recettes. Quelle gageure ! Du jamais vu dans les annales budgétaires. Dans l’élaboration d’un budget, les recettes doivent être égales aux dépenses. Le terme « déficit budgétaire » fait-il peur à Bouteflika et sa petite équipe de « chauffe-chaise »? Toutefois, ce n’est pas tant ces données chiffrées concernant le budget qui intéressent tant les peuples kabyle et algérien. Ce que veulent savoir les Kabyles et les Algériens, c’est la quantité exacte de gaz et de pétrole vendue à l’étranger par SONATRACH depuis le mois d’avril I999 à ce jour. Pour le reste, il leur est facile de faire des calculs pour connaître au centime près la somme d’argent gagnée. Par ailleurs, les Kabyles et les Algériens n’arrivent pas à comprendre pourquoi le budget national est calculé sur la base de 35 dollars le baril alors que le prix de celui-ci n’est pas descendu du seuil de 75-8O dollars sur le marché international depuis plus d’une dizaine d’années. Le subalterne de Bouteflika placé aux finances a avancé le chiffre de150 milliards de dollars de réserve de change. Logiquement, les réserves de change doivent être d’au moins 5OO milliards de dollars. Officiellement, la SONATRACH produit autour de I 400 OOO barils de pétrole par jour. Est-ce que M. Abdelaziz Bouteflika, l’homme que le DRS tente de présenter aux Kabyles et aux Algériens comme un Messie, peut jurer que les pompes de la SONATRACH ne tirent du sous-sol que I 4OO OOO barils journellement?

Le « Messie » algérien des temps modernes doit savoir que les Kabyles et les Algériens se creusent les méninges sur l’origine du pétrole que la France, par le biais de son entreprise Total, exporte à l’étranger. N’est-ce pas que la Birmanie est ravitaillée par la France en pétrole? Il est admis que les sous-sols de la France métropolitaine et ses territoires et départements d’outre-mer peuvent contenir toutes sortes de richesses naturelles excepté une seule : le pétrole. Et pourtant, les Français se permettent le luxe d’exporter ce produit en sus de la pleine satisfaction de la demande nationale. N’est-ce pas qu’il est légitime de soupçonner nos voisins d’outre-Méditerranée de pomper plus que de raison le pétrole des puits de Hassi-Messaoud?

Ce qui fait surtout mal, c’est qu’en dépit de toutes ces richesses, plus de 90 % de Kabyles et d’Algériens vivent au-dessous du seuil de la pauvreté. En Kabylie, à Tizi-Ouzou notamment, seules quelques familles ont profité de ce que l’employé temporaire du DRS appelle « l’embellie financière de mon Algérie ». Où sont donc les logements promis aux citoyens? Où sont les emplois promis aux jeunes? Surtout, où est cette sécurité promise? À Tizi-Ouzou-ville, seuls les trottoirs ont été refaits, et ce, grâce au savoir-faire chinois et à cette entreprise connue de tous et de toutes qui a arraché le marché de l’ordre de plusieurs dizaines de millions de DA. Des voyous et des truands aussi ont réussi à se faire une place au soleil, avec la bienveillance de l’employé temporaire du DRS. mieux encore. Ces individus, qui, sous d’autres cieux, seraient placés sous les verrous pour protéger la société, ont même réussi à acquérir le statut de « dignitaires et de notables ».

En vérité, l’Administration centrale d’Alger tente de leurrer encore les Kabyles et les Algériens. Toutefois, le peuple kabyle est conscient que lui seul est capable de procéder aux réparations des terribles dommages dont il est victime. C’est pourquoi il a décidé la dichotomie partielle entre lui et l’Administration centrale d’Alger. On n’est mieux servi que par soi-même, dit le dicton. Seul le gouvernement provisoire kabyle, à sa tête l’incorruptible Ferhat Mehenni, est capable de distribuer équitablement entre les Kabyles les richesses revenant à la Kabylie. Et grâce à Dieu et la volonté des Kabyles, il en sera ainsi !

Said Tissegouine