Caractères latins : Le parti de Nahnah dit non !

1
Aberrazak Mokri
Aberrazak Mokri

KABYLIE (Tamurt) – Chaque jour qui passe dévoile les raisons qui ont fait que l’Académie algérienne de langue tamazight tarde à voir le jour. Il s’agit, en effet, du fait que les conservateurs et les islamistes, même dits modérés, n’attendaient que cela pour monter au créneau. Le dernier à avoir réagi, c’est le MSP ou HMS en arabe.

Ainsi, et même si dans la constitution, la revendication identitaire amazighe avait l’air d’avoir été prise en charge du moins d’une manière partielle, il n’en demeure pas moins que les islamistes qui ont toujours la peau dure ne semblent pas près à faire des concessions sur leur idéologie unique, à savoir l’arabo-islamisme. Tout ce qui n’est pas inscrit dans le sillage de l’arabo-islamisme a tout l’air de menacer ces mouvements dont la fragilité est incontestable mais qui continuent à être épaulés indirectement par l’Etat algérien, via l’école et son système éducatif ainsi des médias lourds (les télévisions entre autres).

Après les premières réactions hostiles ayant suivi les déclarations de El Hachemi Assad sur le choix fait par le HCA concernant la transcription de la langue tamazight, c’est le Mouvement de la Société pour la Paix (MSP) de Mahfoud Nahnah, qui vient de monter au créneau. Ses responsables n’hésitent pas à faire une campagne directe et franche contre les caractères latins pour la transcription de tamazight.

Pour ces « politiciens » reconvertis en linguistes, le fait d’opter pour les caractères latins constituerait une grave atteinte à l’unité de l’identité nationale ! Les responsables du MSP ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin puisqu’ils comptent mener une véritable campagne pour barrer la route aux partisans de la transcription latine. La suite sera sans doute corsée. Attendons pour voir !

Tahar Khellaf