Célébration de la journée de la nation kabyle à Marseille

0

DIASPORA (Tamurt) – Le réseau ANAVAD de Marseille a organisé un rassemblement  le 19 juin 20016 à 15h en haut de la canebière. De nombreuses femmes et hommes kabyles ont convergé vers ce lieu emblématique de la cité phocéenne. Quelques hommes et beaucoup de femmes étaient en tenues traditionnelles kabyles. Par ailleurs, de nombreux  drapeaux kabyles ont embelli la place Léon Blum, les chansons de Matoub, de Ferhat et d’Idir ont égayé le public.

Après avoir écouté l’hymne national kabyle, les responsables et organisateurs Nora, Boualem et Kader se sont succédé au micro pour expliquer cet évènement et rendre hommage aux martyrs de la cause kabyle notamment Ameziane MEHENNI, Matoub et tant d’autres.  Les trois intervenants ont souligné  l’oppression du régime Algérien sur le peuple kabyle et son entêtement à vouloir le dépersonnaliser. Ils ont, surtout, réaffirmé la volonté et la détermination de la Kabylie pour s’affranchir du joug de l’Algérie arabe.

Un vibrant hommage aussi a été rendu à Hervé Gourdel et aux victimes du terrorisme ici en France notamment les deux policiers JB. SALVAING et J. SCHNEDER, assassinés cette semaine. Le président du MAK, Bouaziz Ait Chebib, a intervenu par téléphone depuis la Kabylie mais la communication n’était pas excellente. Puis les artistes  chanteurs Smail, Ghani et Ali Nouali ont fredonné quelques chansons engagées qui ont rappelé aux présents les périodes du militantisme kabyle des années 90 avant que le rassemblement ne prenne fin aux alentours de 18 h 30.

Dans son in intervention, Kader Dahdah, membre de l’ANAVAD, a rappelé les différentes étapes de l’histoire de la Kabylie depuis l’antiquité à ce jour.  Il dira tout d’abord que la journée de la nation kabyle correspond à ce 14 juin 2001 durant lequel deux millions de Kabyles hommes et femmes ont marché sur Alger pour demander la reconnaissance de leur droits élémentaires et fondamentaux, de leur langue, de leur culture et de leur identité longtemps niés par le régime colonial arabe Algérien.

Devant cette force pacifique, rajoutera-t-il, le pouvoir arabe  Algérien a répondu avec  une extrême violence. Même les prisonniers de droit commun ont été libérés et armé de poignards  pour massacrer les manifestants kabyles. Le bilan de cette journée s’est soldé par plusieurs dizaines de morts, de blessés et de disparus. C’est  ce jour-là que le pouvoir Algérien a tracé l’ébauche des frontières entre la Kabylie et l’Algérie

C’est ainsi, conclura-t-il, que ce jour historique du 14 juin 2001 est  gravé dans la mémoire collective du peuple Kabyle et il restera une date repère et une date charnière dans l’histoire de la Kabylie. Depuis 2013 le gouvernement provisoire Kabyle a proclamé lors d’un conseil de ministres la journée du 14 juin  comme jour de la nation Kabyle. Elle  est fêtée et  célébrée chaque année pour honorer  la mémoire des victimes, pour continuer leur combat. Il parlera également des militants assassinés et de tous els événements vécus par la nation kabyle.

Kader Dahdah