Il est plus facile de libérer la Kabylie que de lutter pour une justice indépendante en Algérie

1
Palais de justice en Algérie
Palais de justice en Algérie

ALGERIE (TAMURT) – Le régime algérien ne changera jamais. La justice dans ce pays n’a jamais existé et elle n’existera pas dans les siècles à venir. Pour libérer la justice des mains de la mafia et des militaires, il faudra plus qu’une guerre.

Aujourd’hui, pour se maintenir au régime, la junte militaire algérienne qui s’est emparéE du pouvoir ordonne l’arrestations d’hommes d’affaires Kabyles. C’est à travers la Kabylie que les clans du régime règlent leur compte, depuis des années. Certes, ces hommes dits d’affaires kabyles arrêtés ne sont pas sains et ont tous goûté « au miel », mais ils ne sont pas seuls. Comment juger des hommes d’affaires alors que le régime corrompu et corrupteur, sans lequel aucune entreprise ne peut prendre son envol, est toujours en place?

On ne peut pas être juge est partie. Il est plus facile aux Kabyles de libérer leur Kabylie que de doter la justice algériennel de son indépendance. Gaid, Boutfelika ou autres, ils sont tous pareils. Depuis 1962, voire depuis la France coloniale, à ce jour, tous les hommes politiques qui ont dirigé l’Algérie ont une dent contre la Kabylie. À vrai dire, aujourd’hui, le problème n’est pas le régime colonial algérien. Il faut dire les choses telles qu’elles sont. Le mal de la Kabylie, ce sont ces Kabyles qui luttent pour une Algérie démocratique.

Nadir S.

1 COMMENTAIRE

  1. L’Algérie des clans est tout sauf dans la vision Kabyle. Qui a cru etre démocrate et dans un contexte despotique finit par gouter l’amere verité de la dictature, cette règle est valable en politique et aussi en économie. Quand un clan gagne il a le vent du bon coté quand il perd on retrouve la raison des nouveaux chefs. La Kabylie n’a rien gagné ni avec les uns ni avec les autres. Le choix de l’arabité est dans l’Etat et ses valeurs et tout évolue dans une direction qui est choisie par la raison de la force. Les choix individuels finissent toujours par etre rappelés aux ordres du plus fort du moment dans la Oumma. L’erreur la plus bete est pretendre d’appliquer la morale Kabyle quand la pax est arabe. Les valeurs refont toujours surface. Churchill avait dit, par peupr de perdre l’honneur on a évité le combat on a fini par perdre les deux

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici