Le chantage fiscal pour punir la Kabylie !

9
impôts

KABYLIE (Tamurt) – La pression économique ou, plus particulièrement, la pression fiscale que le régime algérien exerce sur les kabyles suffit pour comprendre que le régime veut  à tout prix anéantir ce pays par tous les moyens.

Les commerçants et les industriels kabyles sont toujours poussés à s’installer ailleurs. Une autre politique du régime de punir la Kabylie. C’est la politique de tous les régimes coloniaux. Un simple commerçant à Tizi-Ouzou paye plus d’impôts qu’un propriétaire d’une usine par exemple, de la wilaya de Blida. Les services des impôts n’appliquent pas le même barème des impôts en Kabylie. Cette injustice infligée aux kabyles perdure depuis 1962. Pour faire face, une désobéissance civile reste la meilleure manière de faire face à cette pression économique. A commencer par le refus de payer les impôts.

Par contre, les commerçants ne sont pas les seuls à subir le chantage fiscal du régime. Même les simples citoyens sont dépouillés par les services d’impôts. A titre illustratif, chaque citoyen paye une taxe de ramassage d’ordures dans  les factures des agences de l’Algérienne des Eaux alors que le ramassage d’ordures ne concerne que les grandes villes. Où va la taxe que les villageois payent depuis des années alors qu’ils n’ont jamais bénéficié de ce service de ramassage d’ordures ? Les exemples de ce genre ne manquent pas.

Lounès B