Chargé par le pouvoir de contrecarrer le MAK : L’échec recommencé du RCD

24
KABYLIE (Tamurt) – Celui qui tend un piège à son frère finit par y tomber. Cette citation s’applique parfaitement au Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD). En effet, ce parti a été chargé par le pouvoir algérien, qui a assassiné 126 kabyles en 2001 et Matoub Lounès en 1998, de mettre les bouchées doubles afin de contrecarrer le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie dans son élan particulier, notamment à l’occasion de la commémoration du trente sixième anniversaire du printemps berbère.
Le pouvoir, étant parfaitement au courant à quel point les marches initiées par le MAK allaient être couronnées par un franc succès, a chargé le RCD de simuler le rôle de l’opposition le temps d’un vingt avril. Le RCD a alors appelé à des contremarches à peine voilées avec un slogan aussi ridicule qu’insipide « Pour une officialisation effective de la langue amazighe »! Le scénario machiavélique a été ainsi bien mis au point par le laboratoire mixte pouvoir-RCD mais avec la complicité sournoise de quelques journaux et des télévisons algériennes publiques et privées.
La presse n’a ainsi parlé que des marches du RCD  avec l’espoir que cette machination allait aboutir à étouffer les manifestations du MAK. Mais en fin de compte, ce sont les marches du MAK qui ont drainé la foule des grands jours alors que les marches du RCD ont été un véritable fiasco même en présence de celui qui rencontrait le général Tewfik des centaines de fois. Les kabyles ont répondu comme un seul homme à l’appel du MAK et ont ignoré tous les autres appels et les aboiements des relais du pouvoir déclaré ou non. les responsables du RCD, en ratant cet autre rendez-vous avec l’Histoire; semblent s’être trompé encore de société. Et comment ne pas l’être quand on est hébergé bien au chaud au Club des Pins ?
Lyès Medrati

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici