Le château de la comtesse enfin restauré

0

BOUGIE (Tamurt) – Le château de la comtesse d’Aokas a été inauguré officiellement ce jeudi par le kabyle de service Ould Ali El Hadi, ministre algérien de la jeunesse et des sports.

Oui après le ministre du tourisme, venu le mercredi, et en attendant la venue du ministre des moudjahidine, ce vendredi, le ministre de la jeunesse et des sports a fait une virée à Bougie ce jeudi. Trois ministres en trois jours. Qui dit mieux ? Nous avions bien fait de titrer, dans notre papier d’hier, valse des ministres à Bougie, allusion à cette série de visites ministérielles auxquelles la population de Bougie n’était pas habituée.

Donc, entre autres structures visitées par Ould Ali, il ya le château de la comtesse qui a été relooké pour plus d’une dizaine de milliards de centimes par le ministère de la jeunesse et des sports pour en faire une auberge de jeunes après l’accord donné par la mairie d’Aokas qui l’avait abandonné pendant plusieurs années au point de menacer ruines.

Le château de la comtesse ou château Poisat comme l’appellent les autochtones est une œuvre d’art d’une superficie de 5983 m², est composée d’un édifice principal (une maison à deux étages), d’un rez-de-chaussée de 195 m² divisé en trois chambres, d’un hall de réception et d’un showroom. Selon des témoignages, ce château a été occupé par un certain Bocheron, propriétaire d’un vignoble et producteur de crus. Mais le Château a été construit dans les années 1890 par un général de l’armée française, surnommé Poison (d’où l’appellation de Poisat), qui n’avait pas d’héritiers. Plus exactement, les travaux de construction de cette résidence débutèrent en 1870 et se terminèrent en 1890. Au début, le colon voulait baptiser son édifice du nom de sa femme algérienne originaire de la région de Bougie ; celle-ci refusa en lui répondant qu’il s’est marié avec elle et non avec sa famille. Le général résolut alors de donner à sa somptueuse demeure le nom de « Château de la Comtesse » en hommage à son épouse qu’il aimait.

L’ayant récupéré des services de la mairie d’Aokas après accord de l’assemblée communale lors de la visite du ministre de l’époque, Hachemi Djiar, la direction de la jeunesse et des sports de Bougie a entrepris des travaux de restauration pour transformer cette belle œuvre architectural en auberge de jeunesse après une réhabilitation des lieux avec les même matériaux de construction de l’époque, et une extension de plus de 3000m². Désormais, le château est composé de moyens d’hébergement d’une capacité de120 lits,  d’une salle de conférence de 200 places, d’une bibliothèque, d’un cybercafé, d’une cafeteria, d’une salle de sport, d’un restaurant de 70 couverts plus 20 VIP, d’un logement d’astreinte et d’un sous-sol transformé en musée.

Amaynut