Choléra : Aucun cas enregistré à Tizi Ouzou

0
CHU de Tizi Ouzou
CHU de Tizi Ouzou

TIZI OUZOU (Tamurt) – Aucun cas de personne atteinte de la maladie du choléra n’a été enregistré dans la wilaya de Tizi Ouzou, a révélé hier Abbès Ziri, directeur de la Santé de la wilaya. En effet, la sortie médiatique du premier responsable du secteur a fait suite à la panique voire à la psychose qui a gagné toute la région après l’annonce du retour de cette maladie contagieuse et mortelle dans plusieurs wilayas limitrophes comme Bouira, Alger, Tipaza et Blida.

Des rumeurs qui n’ont cessé de faire état de « l’arrivée » du choléra dans certaines communes de la wilaya de Tizi Ouzou suite à la signalisation de quelques cas de diarrhée au niveau de quelques services des urgences.

« Un cas de diarrhée ne signifie pas systématiquement qu’on est atteint du choléra, il y a plusieurs autres maladies moins graves qui provoquent la diarrhée », a tenté de rassurer, par ailleurs, Abbès Ziri, le directeur de la santé. Ce dernier a confirmé qu’il y a eu certes des cas de diarrhée mais il ne s’agit guère de choléra. « Il n’y a absolument pas lieu de s’alarmer », a ajouté Abbès Ziri.

Le même responsable a annoncé que, par mesure préventive, ses services ont mis en place une cellule de crise afin de réagir promptement en cas d’enregistrement de cas suspects afin d’éviter la propagation de la maladie dans les meilleurs délais. Par ailleurs, il y a lieu de rappeler que depuis l’annonce officielle de l’existence de plus de 100 cas de personnes atteintes de choléra en Algérie, les citoyens de la wilaya de Tizi Ouzou se sont rué sur les bouteilles d’eau minérale suite à la multiplication des rumeurs s’agissant de « l’insalubrité » supposée de l’eau des robinets.

Pourtant, dès le départ, les responsables de l’Algérienne des Eaux, à tous les niveaux, n’ont pas cessé de rassurer les citoyens que justement, s’il y a bien une eau qui est conseillée à la consommation en ces moments de suspicion, c’est bel et bien l’eau des robinets car elle est contrôlée régulièrement et ne présente aucun danger sur la santé des citoyens. Mais l’ampleur de la rumeur et de la psychose a fait que les citoyens, dans leur grande majorité, peinent et refusent de croire ces assurances. Ils se rabattent plutôt sur l’eau minérale, toutes marques confondues.

Tahar Khellaf