Les chrétiens réclament leurs propres cimetières en Kabylie

16
tombes chrétiennes et musulmanes

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Le nombre de kabyles qui se convertissent au christianisme ne cesse de croître. La communauté chrétienne dans cette région active dans l’ombre, mais dans  le sillage de la tolérance et le respect de la communauté musulmane.

Au niveau de certains Villages, comme à Makouda et Voudjima, au nord de Tizi-Ouzou, les églises font le plein. Les chrétiens, qui étaient une infime minorité, sont devenus majoritaires. De ce fait, ils exigent leurs droits au sein des comités de village. Des voix s’élèvent ces derniers temps pour réclamer même leurs propres cimetières. « On ne veut pas entrer en confrontation avec les comités de villages, mais nous voulons que notre religion soit prise en considération au même titre que celle de nos frères musulmans. Par exemple, réserver une partie du cimetière pour les morts de confession chrétienne. Je pense qu’on n’a pas demandé la part des autres, mais juste notre part. On comprend certains vieux qui sont très attachés à l’islam, mais voir des jeunes étudiants s’opposer à nos droits, il y a de quoi à se révolter », résume Ravah, un jeune chrétien de Makouda.

Même son de cloche du côté de la municipalité voisine, Voudjima. Les voix des pratiquants chrétiens s’élèvent. Les membres de cette communauté, très organisée, ne veulent pas aussi bousculer les musulmans, mais ils espèrent au moins une considération pour leur religion à travers les comités de villages. « Certains comités sont islamisés et nos frères qui ont opté par la religion de Jésus  sont persécutés moralement, surtout au niveau de certains villages où ils sont majoritaires. On a au moins le droit d’être enterrés dans un carré chrétiens et respecter notre dernière volonté dans ce monde », fait remarquer Arezki  de Voudjima. Le débat reste ouvert, mais tout le monde espère au niveau de ces régions ou la communauté chrétienne est très forte  de trouver un terrain d’entente.

Ravah Amokrane