Cherif Mellal, on m’a agressé parce que je suis contre Bouteflika

2

KABYLIE (TAMURT) – La volonté des décideurs de mettre le feu en Kabylie n’est plus à démontrer. Selon le président de la JSK, Cherif Mellal, ses agresseurs sont payés par le patron Tahkout. En d’autres termes, ils sont envoyés par le clan d’Ahmed Ouyahia. Le patron de la JSK, lors d’une conférence de presse tenue hier au siège du club à Tizi Ouzou, ses agresseurs sont des milices du pouvoir.

Il a accusé le wali de Tizi Ouzou et le chef de sureté de wilaya de ne l’avoir pas protégé. « Le wali n’a même pas daigné le recevoir. Il est responsable de la situation », a déclaré Mellal à propos de son agression par environs vingt voyous à Tizi Ouzou. C’est clair, net et précis, les clans du régime veulent provoquer un deuxième printemps noir en Kabylie.

Le but de cette agression contre le symbole le plus chèr de Kabylie est de provoquer un soulèvent populaire et des émeutes sanglantes. Le pouvoir persiste dans sa démarche de provocations et le risque de voir le sang de nouveau couler en Kabylie est réel.

Ravah Amokrane

2 COMMENTAIRES

  1. Tu as toute ma sympathie. Il est certain que ton refus de participer au tournois inter » arabe » soit mal digéré par ceux qui sont au service de l’ arabisme. Tu as déjà inscrits ton nom dans notre histoire et en lettres d’ or pour avoir représente’ la kabylite’. Quiconque soit le criminel physique, le mandant est le régime qui de ces crimes tente les supplémentaires. Ils savent que leur rôle n’a aucune perspective politique donc le bureau arabe au service du colonialisme intérieur s’étale au grand jour à tous le monde pour ce qu’il a toujours été, juste à une bande de voyous qui a les jours comptés

  2. Le timming est bien respecté. Au lendemain de l’inauguration du future centre de formation de la JSK, financé par M Rebrab, qui soutient Ali Ghédiri, le clan des prédateurs réagit violemment par ses milices, a leur tête, Tahcout, un ancien vendeur de fruits et légumes de Rouiba, devenu milliardaire à l’ombre des politiques corrompus tels Ouyahia avec qui il était associé dans une opération d’importation de milliers de bus d’occasion dans les années 1990. La Kabylie, à son corps défendant, devient un enjeux, pour cette faune de politiciens criminels, dont la violence physique est le seul moyen d’expression. Leurs relais locaux le wali et une partie des services de sécurité qui actionnent des bandes de voyous et bandits grassement rétribué. Leur objectif immédiat, renouer avec le cycle de violence en mettant le feu à la kabylie dans une opération de diversion qui permettra de relancer le débat sécuritaire a la place de la campagne électorale. Cette stratégie de la tension leur permet de maintenir un climat délétère propice à toutes les manipulations de la population. Quasiment tous les partis kabyles ont appelé au boycott et a se tenir éloigné de cette mascarade, les kabyles devraient suivre ces appels et rester très vigilants pour ne pas être entraînés, de nouveau, dans un combat qui ne concerne en rien leur quotidien.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici