Cinquante ans DAYEN ! Cinquante ans ça suffit , foutez le camp!

15

Cinquante ans DAYEN!
Cinquante ans BARAKAT!
Cinquante ans ça suffit , foutez le camp!

En écoutant parler les gens dans les familles, les cafés, dans la rue et même dans une certaine presse algérienne et de l’opposition, le vocabulaire usuel employé pour qualifier le système algérien depuis l’indépendance est un champ de recherche pour les psychanalystes. Je délivre ici une liste naturellement incomplète tant que ce nouveau colonialisme arabo-islamiste occupe cette belle terre berbère et que la Kabylie ne retrouve pas son autonomie:

Dictateur, populiste, indépendance confisquée, policier, assassin, pouvoir personnel et revanchard, trafiqueur, démolisseur, pouvoir opaque, occulte et terrifiant, peuple terrifié, je m’en foutiste, démagogue, police militaire, arabisation, anti-kabyle, pouvoir militaire antidémocratique, clientélisme, corruption, Tamusna, Maârifa, anti-algérien, pro-arabe ou arabiste , anti-berbère, anti-occidental, parti unique et partis satellitaires du FLN, FLN historique souillé, se courbe l’échine, à-plat-ventriste devant les potentats de l’orient arabe, politique extérieure non-souveraine vis-à-vis des pays arabes dictatoriaux, méprise le peuple algérien, dénigre les droits de l’ homme, code de la famille réduisant les femmes algériennes à des mineures à vie, injuste, justice à la solde du pouvoir, despote, inculte, yekkat cita neƔ la brosse, voleur, hypocrite, école sinistrée, culture algérienne assassinée, culture berbère marginalisée, raciste, soutient le fondamentalisme islamiste, d aheqar ( hoqriste), d amcum, (vicieux), d axeddaâ (ingrat), manque de crédibilité, détourne l’ argent du pétrole, fait fuir les cerveaux, propagandiste, contre la liberté d’expression , contre les libertés individuelles, endoctrineur, télévision unique ou zéro, pouvoir voyou, a crée des khobzistes ,des hitistes et des harragas, usage de la violence, brutal contre les démocrates, distribue de l’argent à des casseurs, arbitraire, anti-écologique, ne protège ni la faune ni la flaure, favorise le braconnage régulier des riches émirs sur le sol algérien, écrase le peuple, viole la constitution et ses propres lois, fraude les élections, ne respecte pas les lois internationales, fait déporter les étudiants kabyles de leur pays , laxiste vis-à-vis des extrémistes islamistes, n’ assiste pas les algériens en difficulté à l’ étranger, construit des mosquées au lieu d’habitations à des nécessiteux, mafieux, partial, tribal, dégradant, crée un sentiment d’infériorité chez les algériens, dégrade la culture et les traditions algériennes , surévalue et met en pointe l’ apport arabo-islamique dans l’école et les médias algériens, ment sur l’ histoire de l’Algérie, sponsorise les fossoyeurs de l’Algérie et de la Kabylie, ennemi juré des kabyles et de la Kabylie, poursuit sa politique d’asservissement de la Kabylie, divise pour régner, anti-francais ou anti-americain pour des politiques d’ ordre intérieur.

Voilà le trésor des mots d’une république bananière entretenue par un système central qui a poussé les arabophones (berbères arabisés) à adorer une culture importée du Moyen-Orient et à mésestimer la leur. Les algériens fêtent en vérité l’avènement d’un nouveau colonialisme qui dure depuis cinquante ans.

Par Hsen Ammour