Colère et dénonciation vont en s’amplifiant : Les villageois d’Iflissen exigent la démolition des constructions illicites

10

KABYLIE (Tamurt) – L’arch Ath Zrara, en Kabylie maritime, a décidé de passer à l’action pour protéger leurs terres et façade maritime. La côte de cette localité, l’une des plus belles en Kabylie, est bradée par une mafia foncière, au vu et au su de tout le monde. Aucun responsable n’a bougé le petit doigt. Au contraire. Il semble qu’ils sont même encouragés.

La plupart des propriétaires sont des Algérois et des Oranais. Des nababs qui ont, comme ont dit, les bras longs. Des hauts gradés de l’armée, des starlettes, des hauts responsables politiques,…..Ils construisent sans aucune autorisation. Le laxisme de l’Etat est flagrant. Le village historique Sidi Khaled est le plus touché. Des villas sont construites même sur la magnifique plage de cette crique. Des piliers et des terrasses sont érigés même à raz de la vague. La plage est carrément effacée de la carte géographique locale. Idem pour le village Iguer N’ sar. La côte de cette localité est dénaturée. Les pêcheurs, qui sont nombreux à t’initier de ce métier, n’ont même pas où « poser » leurs barques de fortunes. Ils sont chassés de leur propre région et plages par des intrus.

De ce fait, les comités des villages de la région se sont déjà réunis cette semaine pour dire basta. Une assemblée générale des 40 villages d’Iflissen va décoder des décisions à entreprendre pour récupérer leur plage et préserver leur côte. Selon un membre de comité du village, les villageois vont exiger des enquêtes sur le bradage de patrimoine foncier à Iflissen et exiger la démolition des constructions illicites, surtout celles construites sur les plages. « Dans les premiers, temps nous allons opter pour l’option pacifique, mais dans le cas où notre cri de détresse ne sera pas pris en considération, ce qui est d’ailleurs fort probable, nous allons opter pour la voie de la force. Nous allons nous même récupérer notre plage avec les moyens nécessaires. Nous sommes nombreux et nous n’avons peur de personne », fulmine et menace au même temps un habitant de la région.

A Tizi Wezu, seul la population est soucieuse de la préservation du foncier agricole et touristique. L’Etat ferme toujours les yeux. Des espaces verts et des zones agricoles sont protégés par des citoyens à Tizi-Ouzou, Azuguen, Draâ Ben Khedda,……des mouvements de protestations ont eu lieu ces derniers mois à travers plusieurs localités de la wilaya pour dire basta à ce bradage. Le béton des riches bouffe tous els espaces.

Izem Irath