Commémoration des Printemps kabyles du 20 avril : La Belgique interpelle l’Algérie

8

COMMUNIQUE (Tamurt) – Une note officielle a été transmise en mains propres par des élus flamands aux responsables kabyles du MAK [[Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie]] et du CMA [[Congrès mondial Amazigh]] dans laquelle était indiqué que suite aux interpellations et aux questions posées par des députés, élus, membres de la Chambre des représentants et du Sénat belge, le ministre belge des Affaires étrangères a insisté auprès du gouvernement algérien pour que la commémoration du Printemps berbère et du Printemps noir, le 20 avril 2010, se déroule en toute sérénité et sans violence.

Dans le même sens, l’on peut lire que de leur côté, plusieurs députés et élus, membres du Parlement autonome Flamand, ont adressé une lettre à l’ambassadeur d’Algérie à Brussel (Bruxelles), exprimant leur fort souhait pour que la commémoration du Printemps noir le 20 avril 2010, puisse se dérouler sans incident.

Rappelons que la délégation du MAK avait effectué une visite en Belgique du 22 au 25 février dernier.

Les Kabyles avaient été accueillis notamment par la Commission des affaires étrangères du Parlement flamand qui s’était tout particulièrement montré à l’écoute des doléances émises par la délégation kabyle ainsi qu’à l’explosé de la situation politique, économique et linguistique qui prévaut en Kabylie. Les membres de la commission avaient justifié que cette rencontre était dictée par le devoir de solidarité avec les peuples constituant des minorités nationales à travers le monde, comme le peuple kabyle ainsi que le besoin de faire partager au peuple kabyle l’expérience flamande dans la réappropriation de la langue néerlandaise par les Flamands de Belgique.

La deuxième rencontre au plus haut niveau avait eu lieu au siège du parlement européen avec des parlementaires européens de l’ALE [[Alliance Libre européenne]], dont la députée européenne des Verts, d’origine kabyle, Mme Malika Benarab-Attou et M. François Alfonsi, élu corse du PNC. Ces députés ont fait honneur à leur statut en se déclarant très sensibles à la situation des droits de l’homme en Kabylie et des droits du peuple kabyle.

Durant ces rencontres, des documents composés d’une lettre de relance de la demande officielle adressée par le MAK aux plus hautes instances de l’Algérie, d’une lettre adressée aux instances européennes et de documents classiques du mouvement furent remis par le MAK à l’ensemble des personnalités et instances qui l’ont reçu.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici