Commune de Ouaguenoun – Fermeture de l’agence de SONELGAZ par les habitants de Tissegouine

1

Après une discussion entre les deux parties, il fut décidé de se déplacer jusqu’à Makouda pour rencontrer le chef de daïra, administrateur légal des citoyens de Tissegouine. Le commis de l’Etat de la daïra de Ouaguenoun a bel et bien reçu les plaignants qui n’ont pas manqué alors de l’informer de leur infortune. Aussitôt connu les aboutissants de toute l’affaire, le chef de daïra a rassuré ses administrés que de telles menaces ne se reproduiront désormais plus et, par conséquent, les agissements de l’agence commerciale SONELGAZ de Ouaguenoun sont condamnables.
Par ailleurs, le premier responsable de la daïra de Makouda a été informé de l’origine de l’affaire, à savoir le refus des habitants de Tissegouine de ne pas honorer les redevances de la SONELGAZ. Comment donc en est-on arrivé là ?
L’alimentation des foyers du village de Tissegouine en énergie électrique connaît une faiblesse exagérée depuis plus de 20 ans. Les coupures d’électricité sont monnaie courante. En hiver, au moindre souffle de vent, l’électricité est coupée. En été, c’est la même chose.

Durant la saison de chaleur, ce sont même les agents de la SONELGAZ qui privent ces citoyens du courant électrique pour renforcer l’alimentation des lignes d’autres région. En dépit de nombreuses doléances formulées par ces pauvres habitants aux responsables de la SONELGAZ pour remédier à la situation en renforçant les lignes en énergie électrique, la réponse est toujours la même : motus.

Convaincus qu’ils sont méprisés et considérés comme des « sous-citoyens », les hommes de Tissegouine, après une tadjmaït (réunion du village), ont décidé de ne plus payer les factures de la SONELGAZ jusqu’à ce qu’ils aient réellement de l’électricité.
Ce boycott dure depuis 12 moins environ.

Il se trouve cependant que certains agents de l’agence commerciale SONELGAZ de Ouaguenoun, légalement habilités à percevoir le paiement de l’électricité de l’ensemble des clients se trouvant sur le secteur de la commune de Boudjima, ont trouvé l’idée saugrenue de jouer « aux terroristes ». Selon nos interlocuteurs de Boudjima, certains agents faisaient carrément dans la tyrannie. Un tel comportement est contraire aux lois de la république. Et surtout, ce n’est pas du tout de la compétence d’un agent de recouvrement des redevances de faire pression sur des clients pour leur faire payer « leurs dettes ». Car jusqu’à preuve du contraire, la période des caïds et leurs khodjas est révolue.
Par ailleurs, le comité de village de Tissegouine a gardé toutes les factures impayées dans le tiroir de son bureau.

Les citoyens de ce village ne sont pas des hors-la-loi. Bien au contraire, ce sont de braves citoyens et fiers d’appartenir à cette Kabylie qui a libéré l’Algérie des griffes de la France coloniale. Notons enfin que ça fait moins d’un mois depuis qu’ils ont honoré la mémoire de leurs 22 martyrs où presque toute la Kabylie a été conviée à cet évènement.

Saïd Tissegouine.info