Communiqué du MAK : Non aux ennemis de la Kabylie !

8
(KABYLIE) – Bien qu’indésirable en Kabylie, Ali Belhadj, le chef islamo-terroriste, a offensé la pays kabyle en se recueillant sur la tombe de l’un de ses symboles : Hocine Ait Ahmed, au lendemain de son enterrement qui a rassemblé plus d’un million de personnes à At Hmed.
Les officiels de l’Etat algérien avaient été hués et conspués par la foule aux cris de « pouvoir assassin », contraignant le Premier ministre algérien  Abdelmalek Sellal et sa délégation à fuir rapidement At Yahya, sans assister aux funérailles.
Ayant mal digérés cet affront que d’être chassés manu militari par les citoyens de Kabylie, les officines du pouvoir algérien ont décidé d’acheminer en catimini dès le lendemain l’islamo-terroriste Ali Belhadj, ceci dans le but de continuer à induire l’opinion publique en erreur en faisant passer une nouvelle fois la Kabylie pour être le fief des islamistes
Si cette incursion en territoire kabyle a pu se réaliser, c’est en profitant d’un moment d’inattention dû au poids du deuil, suite aux obsèques historiques organisées par le peuple Kabyle à Hocine Ait Ahmed car sinon, il aurait subi exactement le même sort que celui de ses maîtres de l’Etat algérien géniteur de l’islamo-terrorisme, car les Kabyles, n’oublieront jamais que ce stratège du fanatisme et du terrorisme islamiste,  avait juré que s’il venait à prendre le pouvoir en 1992, il tuerait 80 % des Kabyles et islamiserait  de force  les 20 % restants.
Sa présence en Kabylie est une insulte à la mémoire des kabyles assassinés par ses disciples, c’est une grave offense à l’honneur de la Kabylie qui doit interpeller les consciences kabyles.
Nous appelons l’ensemble des villages de Kabylie à rester vigilants pour sauvegarder  notre pays, sanctuaire de démocratie et de tolérance, des velléités de sanguinaires islamistes et des tentatives de normalisation des agents du colonialisme algérien qui ne jurent que par la disparition de la Kabylie.
Pour que cet incident ne se reproduise plus sur  la terre noble qui a enfanté Ait Ahmed, Benai Ouali,   Bessaoud Mohand Arab,  Kamel Amzal, Mekbel ,Djaout, Djahnine, Bengana , Matoub et tant d’autres lumières, marchons nombreux le 12/01/2016 à Tizi-wezzu et Bougie.
 Le 12 janvier, jour de l’an amazigh combattu par les arabo-islamistes de tous bords, sera l’occasion propice pour laver l’inacceptable affront et réaffirmer la détermination du peuple kabyle à relever tous les défis pour recouvrer sa souveraineté. Les assassins du peuple kabyles, ses commanditaires comme ses exécutants n’ont pas droit de cité en Kabylie.
Kabylie, le 03 janvier 2016