Condoléances, Mohand Akli HADDADOU vient de nous quitter

0
Mohand-Akli Haddadou
Mohand-Akli Haddadou

TIZI OUZOU (Tamurt) – Nous venons d’apprendre, avec tristesse, le décès de l’écrivain kabyle, M. Mohand Akli HADADOU, à l’âge de 64 ans. Il était enseignant de linguistique amazighe au Département de Langue et Culture Amazighes depuis sa création en 1990, à l’université de Tizi Ouzou. La Rédaction de Tamurt présente ses profondes condoléances à sa famille et à ses amis.

Il a, durant de longues années, mené des recherches en linguistique berbère et l’histoire des civilisations et publié une vingtaine de livres. Il est l’un des auteurs kabyle les plus prolifiques. Né à Aït Waghlis, Bgayet. à l’âge de quatre, le petit Mohand Akli est blessé, par l’armée francaise lors d’un bombardement et perd la jambe. Après des études primaires, il est inscrit au lycée Emir-Abdelkader d’Alger. Il obtient son baccalauréat en Algérie en 1973 et une année plus tard, il est reçu au Bac français. Puis, en 1977 il est titulaire d’une licence en littérature, suivie d’un diplôme d’études approfondies en linguistique et d’un magister ainsi qu’une thèse de 3e cycle de linguistique berbère à Tizi Ouzou et à Aix-en-Provence (France) en 1985, suivie d’un doctorat d’État en linguistique berbère, en 2003, à l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou.

Mohand Akli Haddadou a enseigné dans un lycée, avant de rejoindre, à sa création, le département de langue et culture amazighes de l’université de Tizi Ouzou au début des années 1990. Parfait trilingue, il maîtrise le kabyle, l’arabe et le français. Il a publié plusieurs ouvrages ayant trait à la langue berbère, à l’islamologie et à la didactique. Il a édité, en outre, de nombreux articles de spécialité et participé à plusieurs colloques. Il a fait soutenir près d’une vingtaine de travaux et encadré plusieurs thèses.
La Rédaction Tamurt présente ces profondes condoleances à toute sa famille.

La Rédaction