Conférence de presse du président de l’APW de Tizi-Ouzou : « Le système politique algérien est basé sur la rapine et la corruption »

3

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Les membres de l’assemblée populaire de wilaya (APW) de Tizi-Ouzou sont très en colère et se sentent terriblement frustrés. Et pour cause : le refus de validation de leur délibération concernant la mise sur pied d’une commission d’enquête devant enquêter sur la dilapidation exagérée de deniers publics ; plus exactement sur les importants détournements opérés dans le cadre des travaux de réfection du théâtre régional Kateb Yacine de Tizi-Ouzou.

En effet, l’enveloppe dégagée et engagée dans cette opération de travaux de réfection est de l’ordre de 380 millions DA. Des observateurs disent à l’unanimité que c’est l’une des plus grandes escroqueries dont sont victimes les citoyens de la wilaya de Tizi-Ouzou depuis l’indépendance à ce jour.

Dans une conférence de presse animée ce matin au siège de l’APW, le président de la première institution élue de la wilaya de Tizi-Ouzou, en l’occurrence M. Mahfoud Belabbès, a annoncé que c’est en date du 27 décembre de l’année passée que l’APW avait approuvé à la majorité de ses membres présents la mise en place d’une commission d’enquête sur la gestion du secteur de la culture, et ce, suite au scandale ayant éclaté sur cette affaire du théâtre régional Kateb Yacine.

Le président de l’APW précise que « ce sont les citoyens, choqués par l’utilisation irrationnelle des deniers de l’Etat, qui ont exigé de leurs élus, la mise sur pied d’une commission d’enquête ». « Hélas, dit-il, à notre grande surprise, cette délibération en question vient d’être rejetée par le ministère de l’intérieur sous prétexte que ce n’est pas en langue arabe que nous l’avons rédigée ». Selon le conférencier, les raisons avancées par le ministère de l’intérieur et des collectivités locales quant au rejet de cette délibération en question sont fallacieuses dès lors que les 64 autres délibérations adoptées par l’actuelle assemblée ont été validées par le même ministère. « A travers ce refus de valider la délibération, affirme le président de l’APW de Tizi-Ouzou, le ministre de l’intérieur vient de confirmer que les tenants du système politique, basé sur la rapine et la corruption, sont prêts à toutes les violations des lois qu’ils ont pourtant conçues pour se protéger et, au même temps, assurer la protection à leur clientèle.

M. Mahfoud Belabbès annonce que la partie engagée contre ce phénomène de corruption et de dilapidation de deniers publics ne s’arrêtera pas là comme le souhaitent tant les corrompus et les voleurs. « Le combat contre ces fléaux destructeurs, précise-t-il, l’APW le mènera bien à son terme ». Poursuivant sur la même lancée, le conférencier précise que l’institution qu’il préside, forte de sa légitimité populaire « prend à témoin la population de ce mépris émanant du pouvoir central et s’engage à continuer à dénoncer tous les dépassements dont font preuve les représentants du gouvernement dans notre wilaya ».

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici