Conférence-débat, Said Sadi boudé par les étudiants kabyles

230

BOUGIE (Tamurt) – À Tizi Ouzou où Sadi qui était l’invité des étudiants le 12/04/2010, à l’occasion du 30e anniversaire du printemps berbère et de la sortie de son livre sur le Colonel Amirouche, a dû invoquer l’urgence d’un rendez-vous pour éviter de répondre, à la fin de son intervention, aux brûlantes questions posées par des étudiants autonomistes. Il avait juste pris le soin de glisser : « personnellement, je suis contre l’autonomie parce qu’elle n’est pas destinée à l’ensemble des régions d’Algérie. Les autres régions ne sont pas si bêtes que cela si elles ne la revendiquent pas, bien au contraire !»

Se sentant abusés, les étudiants, laissés sur leur faim, n’ont pas apprécié le départ furtif du Président du rassemblement pour la culture et la démocratie qui est en train d’offrir ses services au DRS pour ramener la Kabylie dans le giron du régime algérien assassin.

Le 14/04/2010, à 14 h 30, il était l’invité des étudiants-militants du RCD de l’université Abderrahmane MIRA, Bougie, pour une conférence-débat animée autour du même thème à la salle des spectacles de la cité universitaire 17 octobre.

Cette fois-ci, Sadi Sadi a dû écourter carrément sa conférence lorsque les étudiants, en majorité autonomiste, mécontente de la prestation du conférencier, ont déserté la salle, le laissant seul avec quelques-uns de ses fidèles.

La rupture a été provoquée par l’ire soulevée par Said Saidi suite à sa réponse à une question relative à l’interdiction de séjour opposée au président du MAK, Ferhat Mehenni, par les autorités tunisiennes. Dans un premier temps, le conférencier a esquivé cette question en soulignant que « le jour où son siège national a été attaqué à Alger, le MAK n’avait pas réagi non plus ». Said ajoute : « Ferhat doit rentrer et se présenter devant la justice algérienne, s’il veut être crédible en Kabylie ». Et de conclure : « en tout cas, si le MAK continue comme ça, il va finir par détruire et émietter l’Algérie avec son projet débouchant inéluctablement sur une impasse suicidaire ».

Ne pouvant plus supporter une telle condamnation de la part d’un homme politique qui prétend défendre des intérêts de la Kabylie, l’assistance composée à plus de 90 % d’étudiants autonomistes se retire calmement de la salle, ce qui obligea Said Sadi à écourter sa conférence.

Signalons qu’un mail est parvenu à notre rédaction dans lequel Azru Loukad, chargé à la culture au sein du MAK, a dénoncé, au nom de son mouvement, dans un courriel envoyé au site du RCD, les attaques dont a fait l’objet le siège du parti de Said Saidi à Alger.

Rappelons enfin qu’un cadre du MAK, T. Amichi, et M. Makhloufi, membre du conseil universitaire Bougie, ont été arrêtés puis relâchés par la police, la nuit du 14/04/2010, alors qu’ils collaient des affiches appelant à la grève générale et à la marche de la liberté du 20 avril prochain.

Arezqi Ayemmel