Coordination MAK de MEKLA – Elections en Algérie, Kidnapping en Kabylie

1

Il est à noter qu’il s’agit là du 67ème kidnapping depuis 2005, soit 10 enlèvements par an. Ces groupes armés, qui, contrairement aux citoyens, circulent librement en Kabylie, ne peuvent être dissociés des instigateurs de la macabre entreprise visant à mettre à genoux la région, notamment à travers le sabotage économique qu’elle subit depuis son soulèvement en avril 1980.

Tous les enlèvements qu’a connu la Kabylie, depuis une décennie déjà, ont été suivis de demandes de fortes rançons que les familles des victimes ont du payer, rubis sur ongles. Aucune enquête n’a jamais été menée par les pseudo-services concernés et aucune personne n’a été arrêtée dans le cadre de la lutte contre les kidnappings. Par ailleurs, ce n’est que par la mobilisation populaire et l’organisation solidaire des confédérations kabyles, que les personnes kidnappées ont pu être libérés. C’est bel et bien l’organisation sociale du peuple kabyle qui s’est substitué à l’incurie de l’Etat algérien et à son action nuisible et criminelle sur notre société car il n’a jamais eu pour mission, la protection de la population en toutes circonstances, mais très exactement le contraire.

Les entrepreneurs et les hommes d’affaires kabyles sont la cible privilégiée de ces groupes armés. Ils agissent en toute liberté et en toute impunité alors-même que des dizaines de milliers de militaires et autres éléments des services de répression stationnent dans la région. Leur mission n’a jamais été d’assurer la sécurité des Kabyles et de leurs biens, mais de quadriller la région sous le prétexte fallacieux de la présence de groupes terroristes islamistes, groupes qu’ils ont, par ailleurs eux-mêmes installé en Kabylie, de même que leurs pseudo-repentis qu’ils nous ont ramené, entre-autre, en guise d’imams, l’Islam kabyle ne cadrant pas avec leur conception wahhabite de la pratique religieuse. Ces groupes d’islamistes armés ne sont, en réalité, que le tremplin pour ce quadrillage militaro-policier qui n’a rien à envier aux opérations d’occupation et d’intimidation menées en Kabylie par l’armée coloniale durant la colonisation française.

Devant cet état de fait, la coordination MAK de MEKLA se solidarise avec la famille de la victime et lance un appel au Peuple Kabyle pour se mobiliser afin d’exiger la libération immédiate et sans condition de M. Mokrane Belkessam. Le peuple kabyle n’a pas d’autres choix que de faire à nouveau appel à sa formidable capacité d’organisation de la solidarité citoyenne comme il l’a fait pour les autres victimes de kidnapping. Désormais, la Kabylie n’a pas d’autre alternative que d’assurer elle-même sa propre sécurité face à la terreur provoquée et entretenue par le régime raciste d’Alger.

La coordination de MEKLA réitère l’appel du MAK au rejet des élections législatives qu’organise le pouvoir assassin d’Alger, instigateur de la terreur qui frappe quotidiennement la Kabylie sous divers aspect dont les kidnappings de ses acteurs économiques.

Vive le Peuple Kabyle

Vive la Kabylie libre et autonome,

Mekla, le 22 mars 2012

Kamel Chetti, président de la coordination