Coronavirus, les Kabyles livrés à eux-mêmes

0
Sans moyens devant le coronavirus
Sans moyens devant le coronavirus

KABYLIE (TAMURT) – Les Kabyles vivent la peur au ventre devant la menace du coronavirus. Face à cette situation, alors que les premières victimes sont déjà enregistrées, les élus locaux et les maires sont les seuls qui essayent, tant bien que mal, de venir en aide à la population, avec des moyens inexistants.

Les walis des départements de Kabylie ne donnent pas signe de vie.  Aucun ministre ni aucun député n’a soufflé le moindre mot sur le virus mortel en Kabylie. La société civile s’organise seule. En plus des campagnes de sensibilisation qui sont menées par les citoyens, des volontariats de nettoyages des quartiers et villages sont organisés à travers toute la Kabylie. Côté structure sanitaire, les directions de santé en Kabylie reste de marbre. « Nous n’avons rien reçu, ni aides ni instructions. On a zéro moyen pour faire face à cette pandémie. Déjà moins de 10 cas à Tizi Ouzou on se sent dépassé », avoue un employé de la direction de la santé de Tizi Ouzou.

Les Kabyles sont livrés à eux même. Ils sont déjà abandonnés. Même les militaires qui peuplent les moindres coins de la Kabylie ont brillé par leur absence, en ce moment de menace de pandémie. Les autorités algériennes n’interviennent que pour surveiller le peuple kabyle et lui interdire ses droits les plus élémentaires. Les autorités algériennes ne s’intéressent qu’à la récolte des impôts auprès de millions de Kabyles dont la majorité sont de simples citoyens qui gagnent difficilement leurs vies.

Nadir S.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici