Corruption : Khalida Toumi en fuite à l’étranger

4
Khalida Toumi
Khalida Toumi

ALGERIE (TAMURT) – L’ancienne figure « emblématique » du RCD (Rassemblement pour la Culture et la Démocratie), Khalida Toumi, devenue ministre de la Culture, pendant douze longue années sous la présidence de Abdelaziz Bouteflika, est actuellement en état de fuite, ont indiqué ce mardi 30 juillet des sources judiciaires en Algérie. Khalida Toumi est impliquée dans des affaires de corruption, selon les mêmes sources.

Khalida Toumi, rendue célèbre après son adhésion au RCD dont elle était devenue la figure féminine de proue dans les années quatre-vingt-dix, devait être entendue ce mardi 30 juillet, par la justice algérienne dans le cadre d’une affaire de surfacturation remontant à l’année de l’organisation de la manifestation « Tlemcen, capitale de la culture islamique » qui a eu lieu en 2013. Il s’agit plus exactement d’une affaire de surfacturation inhérente à l’achat d’un chapiteau géant d’une valeur de 200 millions de dinars ! Un prix astronomique ! Dans la même affaire, Khalida Toumi doit aussi répondre à l’accusation portant sur la disparition dudit chapiteau juste après la fin de la cérémonie d’ouverture de « Tlemcen capitale de la culture islamique ». Ce chapiteau géant n’avait servi qu’une seule fois, c’est-à-dire, il n’a été utilisé que pour abriter la cérémonie d’ouverture officielle de cette manifestation culturelle. Après quoi, il a disparu dans la nature.

Khalida Toumi, en fuite en France, ne s’est donc pas présentée hier au tribunal de Sidi Mhamed, selon le procureur de la république. En l’absence des deux principaux accusés, hier, l’affaire a été renvoyée. Alors que Khalida Toumi est actuellement en fuite en France, selon l’agence officielle APS (Agence Presse Service), le second mis en cause dans ce dossier de corruption, à savoir Abdelwahab Nouri, ancien wali de Tlemcen à l’époque de faits, est gravement malade et ne peut, de ce fait, se présenter au tribunal. Le chapiteau géant en question a été importé d’Allemagne. L’affaire de cette tente n’est qu’une parmi tant d’autres dossiers de corruption ayant entaché la manifestation culturelle « Tlemcen capitale de la culture islamique ». Des enquêtes sont actuellement en cours pour dévoiler les trous financiers et les transactions suspectes ayant marqué cet événement.

D’une figure emblématique du combat démocratique en Algérie, Khalida Toumi devient une figure emblématique de la corruption dans le même pays puisqu’il s’agit de la première femme d’un si haut niveau de responsabilité à devoir comparaitre devant la justice depuis le début du traitement des grands dossiers lourds de la corruption visant les ministres, les walis et les Premiers ministres.

Tarik Haddouche

4 COMMENTAIRES

  1. Ne pas suivre bêtement les diatribes arabo- arabes du régime. Les KDS ont non seulement usurpé le pouvoir comme les autres, ils ont tué des kabyles pour servir la cause du régime criminel, l’ enrichissement était la contrepartie de leur alignement politique sur l’ arabisation et islamisme d’ État.

  2. UNE FIGURE DE L’IMPOSTURE OUI! UNE FIGURE EMBLÉMATIQUE DE LA DÉMOCRATIE NON!… C’ÉTAIT JUSTE UN MOYEN DE PARVENIR POUR S’ENGRAISSER, UNE PARVENUE DOUBLÉE D’UNE VILAINE TRAITRE POINT FINAL.

  3. L’ancienne ministre de la Culture Khalida Toumi est bien à Alger
    L’ancienne ministre de la Culture, Khalida Toumi, se trouve à Alger, a constaté mardi un journaliste de l’APS, qui s’est rendu dans sa maison familiale, située à Telemly (Alger centre

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici