Création de l’URK, un nouveau souffle pour indépendance de la Kabylie

20

KABYLIE (Tamurt) – Le sort de la Kabylie dépend de ses enfants. La création de l’URK donnera, à coup sûr, un nouveau souffle pour le combat de la libération de la Kabylie en synergie, bien sûr, avec le MAK-ANAVAD. Certains kabyles craignent le scénario FFS-RCD avec la création de l’URK, mais la conjoncture politique actuelle n’est pas la même avec celle des années 1990.

En dépit des divergences sur certains points entre les responsables du MAK et de ceux de l’URK, les points convergeants sont plus forts.Il s’agit de la libération de la Kabylie. La crainte des Kabyles de voir les deux mouvements indépendantistes s’entre-déchirer est justifiée, mais à voir la réaction des fondateurs de l’URK et des ministres du GPK, à titre individuel,  il est fort plausible que les deux mouvements mèneront un combat en rangs serrés et avec fraternité. L’image des cinq mouvements Catalans qui ont réalisé, chacun à sa manière, un véritable exploit est la meilleure des preuves. le mouvement indépendantiste ne doit pas reproduire l’erreur du FLN, un parti qui a été imposé aux Algériens et qui a fini par accoucher d’un régime pire que celui de la France coloniale. La création même d’autres mouvements d’essence indépendantiste consolidera le combat des Kabyles.

« Je suis heureux d’apprendre la création de  l’URK, mais je reste toujours fidèle au MAK. Nos frères de ce mouvement nous donneront un coup de main. On doit par exemple organiser les marches du 20 avril  et de Yennayer ensemble. Après, chaque mouvement doit faire de son mieux pour mobiliser le plus grand nombre possible de  Kabyles et surtout de sensibiliser les instances internationales à notre cause », espère Samir, un jeune étudiant d’At Douala. Une analyse lucide que beaucoup d’étudiants que nous avons apostrophés à Tizi-Ouzou partagent, même si d’autres sont contre. » Au responsables du MAK et de l’URK de nous prouver leur maturité politique et leur engagement en faveur de la Kabylie », ajoute notre interlocuteur.

Ravah Amokrane