Crise au sein des partis de l’opposition : Mohcine Belabbas défend un islamiste

22
ALGER (TAMURT) – Le président du parti du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Belabbas, a défendu, hier, le président du Mouvement de la Société pour la paix (MSP), Abderrezak Mokri, accusé de «trahison» par l’opinion publique après sa  rencontre récente avec le directeur de cabinet de Bouteflika, Ahmed Ouyahia.
 
En effet, la rencontre de l’islamiste  Abederrezak Mokri avec Ahmed Ouyahia, le 9 juillet dernier, a sonné comme «une trahison », aux yeux des observateurs de la scène politique, au projet de préparation de la transition démocratique pacifique en Algérie.
 
Une initiative lancée il y a quelques mois par les partis dits de l’opposition ayant créé la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD), et dont le RCD fait partie.
 
 « La démarche d’Abderrezak Mokri est normale, à condition qu’elle ne soit pas faite au nom de la CNLTD », a déclaré le président du RCD à l’occasion de la réunion du bureau national de son parti à Alger.
 
Le successeur à Saïd Sadi a nié l’existence d’une crise au sein des partis membres de la CNLTD qui rassemble des islamistes et des enfants du régime algérien, et ce, malgré la divergence des points de vue autour des questions politiques.
 
«Qu’il y ait des divergences de points de vues entre les membres composants la CNTLD, cela est tout à fait ordinaire dès lors qu’il s’agit de courants politiques différents», a-t-il argumenté.
 
Le RCD qui s’allie donc avec des islamistes et des enfants du régime algérien, croit encore au projet de la transition démocratique pacifique en Algérie dont le peuple songeait depuis l’indépendance.
 
C’est en effet le cas son frère-ennemi le Front des forces socialistes (FFS), ayant lancé récemment son initiative utopique de la préparation de la conférence algérienne du consensus.
 
Hakim Tazrourt