Crise larvée au bureau du RCD

10

TIZI N’BERBER (Tamurt) – Le nouveau président du bureau de la section du parti du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Missoum Hellal, épaulé par d’autres membres, demandent des « comptes » et  s’insurge contre les auteurs de l’alliance de ce parti avec le Rassemblement national démocratique (RND), arrangée lors des dernières élections communales.

Cette alliance est qualifiée  de « rendement de comptes pour barrer la route devant le Front des forces socialistes (FFS), plutôt qu’un projet politique objectif ». Elle a propulsé un élu du parti intégriste du pouvoir, le RND, à la tête de l’APC de cette commune où la majorité de la population soutient le FFS. En effet, la situation au sein du bureau de la section du RCD risquerait de s’envenimer dans les prochains jours, dans la mesure où le nouveau président contexte la non implication de son parti dans la gestion des affaires de la commune malgré l’alliance.

Les élus du RCD avaient bloqué, pour rappel, la route devant le FFS pour soutenir un parti étranger à la population et qui a une très faible base militante dans cette commune. Selon une source bien informée, le nouveau président conteste « la transgression » du règlement intérieur du parti par un ancien candidat aux élections municipales pour conclure l’alliance dans l’opacité totale. «Les opposants demandent à chaque fois un bilan des trois ans passées pour pouvoir revoir  l’intérêt de cette alliance pour le RCD, ce qui met les élus de l’ancienne composante du bureau sur leurs nerfs », ajoute notre source.

À ses yeux, le RCD a perdu beaucoup de crédibilité auprès de la population à l’issue de cette alliance « honteuse » contre le parti de Hocine Aït Ahmed. « Personne n’est au courant de quoi cette équipe a négocié avec le RND », lance-t-il en faisant allusion à « des arrangements personnels conclus sans impliquer les membres du bureau ». Les opposants à la composante de l’ancien bureau dénoncent le fait qu’aucun compte n’a été rendu ni aux militants, ni aux candidats malgré ce qui a été convenu dans règlement intérieur du parti. « Il y avait même un engagement pour que tout se fera dans la transparence et avec l’implication de tout le monde sans exclusion, ni aucun acte individuel, mais cela n’a pas été respecté », regrette notre source.

Tizi N’berber, Hakim Tazrout