De manière sournoise : « La dépêche de Kabylie » dénigre Nadia Matoub

1
Nadia Maoub
Nadia Maoub

KABYLIE (Tamurt) – « La dépêche de Kabylie », journal de Amara Benyounès, soutien inconditionnel et permanent de Abdelaziz Bouteflika a dénigré, de manière sournoise, Nadia Matoub, veuve du Rebelle à la veille de la tenue d’un hommage grandiose, prévu pour le 22 juin prochain au Bataclan de Paris. En effet, dans un article, qui a tout l’air d’avoir été commandé, ce quotidien régional, s’en prend à Nadia Matoub alors qu’elle vient à peine de sortir de vingt ans de deuil et de traumatismes.  

Alors qu’auparavant, aucun article n’avait été réservé par ce journal afin d’annoncer la création, par Nadia Matoub, de « l’association Matoub Lounès, Mémoire et Transmission », ni l’hommage du 22 juin prochain, « La dépêche de Kabylie » a profité de la présence de Malika Matoub, sœur du rebelle au gala de Nouara à la maison de la culture Mouloud-Mammeri, il y a une semaine, pour lui demander son avis concernant le spectacle du Bataclan initié par Nadia Matoub.

Et à partir de là, le journaliste de « la Dépêche de Kabylie », qui se cache derrière un pseudonyme féminin, prend prétexte de l’avis de Malika Matoub pour commencer son article en écrivant, avec une méchanceté gratuite, que « la programmation d’un gala auquel est associé le nom du Rebelle, Matoub Lounès, à Paris à l’occasion du 20e anniversaire de son assassinat, fait présentement polémique sur les réseaux sociaux ».

En quoi des commentaires sur les réseaux sociaux devraient-ils être pris en considération dans l’annonce d’un hommage ? Tous les événements sont commentés sur les réseaux sociaux, positivement ou négativement. Pourquoi quand il s’agit d’un événement organisé par Nadia Matoub, « La dépêche de Kabylie » se croit obligée d’en faire état ? « La dépêche de Kabylie » écrit plus loin au sujet de l’hommage du Bataclan : « Tout le monde ne semble pas d’accord (avec cet hommage NDLR) et certains fans de Matoub n’hésitent pas à exprimer ce qu’ils pensent sur les réseaux sociaux ; certains disent carrément  leur désapprobation. Ont-ils raisons, ont-ils tort (…). Des postes mettent surtout en exergue la question de : où ira l’argent, les chanteurs vont-ils exiger d’être payés au nom de la mémoire de Matoub… ».

Des questions bêtes,  comme le lecteur pourra aisément  le constater. On se demande pourquoi « La dépêche de Kabylie » ne s’est pas posée de questions quand Lounis Ait Menguellet avait participé à l’Année de l’Algérie en France, à Alger capitale de la culture arabe, au festival de Djemila ou quand il avait chanté sur scène, en compagnie de plusieurs chanteurs arabes « Algérie, mon amour ».

Pourquoi « La dépêche de Kabylie » ne s’est pas posée de question quand Idir a accepté d’animer deux concerts à Alger, organisés directement par le pouvoir algérien après avoir mené une campagne médiatique en langue arabe dans des chaines de télévision  intégristes et anti-kabyles, comme Ennahar TV et Echourrouk TV.

Pourquoi « La dépêche de Kabylie » ne se pose pas de question quand Malika Matoub reçoit triomphalement le wali de Tizi Ouzou dans la maison de Lounès à Taourirt Moussa et quand elle se réconcilie avec Nourredine Ait Hamouda après avoir passé presque vingt ans à l’accuser d’être un complice dans l’assassinat de son frère. Toutes ces questions ont bien entendu échappé à « la Dépêche de Kabylie » qui continuera à soutenir Bouteflika, et tous ceux qui le soutiennent directement ou indirectement.

Tarik Haddouche