Pas de nouveaux enseignants en Tamazight l’année prochaine

1

ALGERIE (Tamurt) – Pour la rentrée scolaire prochaine, le nombre d’enseignants en langue Tamazight dans les écoles en Kabylie et en Algérie reste le même.  Aucune augmentation n’est prévue, selon un cadre du ministère de l’éducation. Au fait, la généralisation de l’enseignement de Tamazight que le régime algérien chante n’est que de la poudre aux yeux.

Les kabyles et les autres Amazighophones d’Algérie qui pensent que Tamazight retrouvera enfin la place qui lui sied au moins dans l’enseignement  se rendront compte que l’officialisation de leur langue n’est qu’un leurre de plus. Le nombre d’enseignants peut même être revu à la baisse, car les enseignants qui démissionnent ou qui partent en retraite ne sont jamais remplacés par les directions de l’éducation. A Batna, ce sont les directeurs des écoles qui ont annoncé la couleur par le refus d’autoriser l’enseignement de la langue de Massinissa au sein des établissements qu’ils dirigent.

Par contre, il est utile de signaler qu’en plus du pouvoir qui ne fait rien pour la promotion de la langue Tamazight, des arabophones, comme à Constantine, Alger et ailleurs, refusent que leurs enfants étudient la langue Tamazight. C’est une réalité latente  que personne ne veut voir de face. En Kabylie, la majeure partie de la population n’a gardé espoir de voir sa langue vraiment devenir officielle qu’après l’indépendance de son pays.

Lounès B