De plus en plus de Kabyles tournent le dos à l’Aïd

81
l'Aid en Kabylie
l'Aid en Kabylie

KABYLIE (Tamurt) – Les fêtes religieuses ne suscitent plus l’engouement en Kabylie ces dernières années. La fête de l’Aïd Al Adha, principale fête musulmane, est boudée par une partie de la population Kabyle.

Les raisons de cette situation sont diverses. En plus de la cherté des produits alimentaires et plus particulièrement le mouton pour le sacrifice de cette fête prévue pour ce jeudi, une partie de la nouvelle génération de Kabyle ne pratique pas la religion.

Certains ont même basculé vers le christianisme et d’autres vers l’athéisme. « Je suis musulman et je ne sacrifie pas le mouton de l’Aïd. Il coûte les yeux de la tête. Je ne vous cache pas que j’ai les moyens financiers de le faire mais par principe je boude cette fête. Vous vous rendez compte un simple mouton coûte 70 000 dinars, soit cinq fois le Smig ! », Nous dira Hamid du village Illalen d’Ath Yahia Moussa. Son avis est partagé par beaucoup de citoyens et pères de famille que nous avons apostrophés à ce sujet. L’Aïd El Adha commence alors à perdre de sa valeur en Kabylie au point ou certains citoyens ignorent même la date de sa célébration. « Avant c’était un complexe pour un père de famille de ne pas acheter et de sacrifier un mouton le jour de la fête l’aïd, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Le citoyen n’est plus confronté à l’obligation de faire des dépenses inutiles pour des raisons religieuses. La religion est une conviction personnelle pas collective », fera remarquer un enseignant de la région de Draa El Mizane.
Lounès B