De plus en plus de Kabyles veulent changer leurs prénoms

17

KABYLIE (Tamurt) – S’appeler Abdulah, Mohamed, Fatima ou Zohra est toujours assimiler à une identité arabe. Les Kabyles, qui portent ce genre de prénoms et ils sont nombreux, ne se sentent plus à l’aise. Ils songent à des prénoms plus harmonieux avec leur identité « Si le monde entier pense qu’on est des Arabes, c’est aussi de notre faute.

Nos aïeux ont commis une grande erreur de nous inculquer une culture arabo-islamique. Le temps est venu de rectifier cette bévue. On ne doit pas seulement prénommer nos enfants en amazigh, mais nous aussi nous devons changer nos prénoms », nous suggère une étudiante Kabyle à Montréal. C’est en exil justement que les Kabyles changent fréquemment et de plus en plus nombreux leurs prénoms. Plus particulièrement au Canada ou les procédures administratives sont plus simples. « En réalité cette volonté est générale. Y a qu’à voir sur les réseaux sociaux quels pseudonymes choisissent les Kabyle. Ils s’identifient tous à la Kabylie et évitent de s’assimiler aux Arabes », nous fera remarquer notre interlocutrice.

Certains ont changé leurs prénoms officieusement en gardant leurs anciens prénoms administrativement. Les Kabyles sont plus que jamais conscients de devoir préserver leur culture et leur identité. Les jeunes générations affichent une volonté et une détermination de se séparer de l’idéologie arabe imposée depuis des siècles. « Il ne faut pas attendre les autorités algériennes de nous autorisé à choisir nos prénoms amazigh ou Kabyles, on doit s’imposer et mener un combat au quotidien.

En plus, certains prénoms amazigh sont autorisés par l’administration algérienne », ajoute l’étudiante qui dit qu’elle a entamé des démarches administratives pour changer son prénom. Elle a choisi « Tasda »

Lounès B