Décédé le 5 août 1994 : Et si Mustapha Bacha pouvait voir le RCD d’aujourd’hui… 

4
BACHA RCD

KABYLIE (Tamurt) – On serait tenté de dire que les militants du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) des années quatre-vingt-dix, qui ne sont plus de ce monde, ont eu, en quelque sorte, la chance d’avoir été épargnés de voir dans quel précipice le RCD a été plongé.

C’est le cas, entre autres, de Mustapha Bacha qui était l’une des chevilles ouvrières du RCD à son lancement. Il était d’ailleurs membre fondateur du parti qui a commencé à semer l’espoir avant de verser dans la trahison. Mustapha Bacha se serait retourné dans sa tombe en voyant à quoi est réduit le RCD aujourd’hui. Le parti, lancé par la crème des militants de la Kabylie, est devenu  ces dernières années une coquille vide dont l’ex-président passe son temps à faire des tournées pour parler de Chérif Kheddam et dont la totalité des membres fondateurs a démissionné ou ont été exclus. Alors qu’une troisième tendance est constituée de kabyles de service passant leur temps à faire la brosse au chef du moment. A l’occasion du 23eme anniversaire du décès de Mustapha Bacha, terrassé par une crise cardiaque en 1994, un programme commémoratif est annoncé pour samedi prochain au village natal de l’ancien militant du Mouvement culturel berbère dans son village natal, Tassaft Ouguemoun. Il y a aura une cérémonie de recueillement sur la tombe du défunt, suivie d’une table-ronde de témoignages d’anciens compagnons de Mustapha Bacha.

Le programme, a été initié par la Fondation portant le nom du défunt militant. Mustapha Bacha a occupé de nombreuses fonctions dans les rangs du RCD quand ce parti donnait encore l’impression d’être un parti démocratique. Il a été aussi un grand militant de la cause berbère. Il fût l’un des 24 détenus du printemps berbère. Matoub Lounes lui a même consacré une chanson, suite à son décès, dans son album de 1996. La chanson est intitulée : « Ahbib n tegrawla ».

Tahar Khellaf