Les décideurs sous le choc après la réussite des marches du MAK

8

ALGERIE (Tamurt) – Personne ne s’attendait à la forte mobilisation des marches que le MAK a organisées dans les quatre coins de la Kabylie le 20 avril dernier, y compris les responsables de ce mouvement souverainiste. Les décideurs qui composent la sphère décisionnelle du régime raciste et colonial d’Alger sont sous le choc.

Les campagnes de l’intox menées par le journal Liberté et TSA, deux journaux très lu en Kabylie, se sont avèrées infructueuses. Le MAK a ses propres organes de presses et les réseaux sociaux ont fait le reste.  L’ampleur des marches du 20 avril est connue le jour même dans toute l’Algérie et à l’étranger. Le régime n’a même pas osé interdire la marche. «  Les ministres algériens sont restés bouche bée. La peur a envahi les esprits des dirigeants algériens.

Seule El Hadi Ould Ali, pour des raisons évidentes, a pris le courage entre ses deux mains pour tenter de minimiser l’influence et le préstige du MAK », nous déclara un journaliste algérien qui exerce son métier au sein des cercles du régime. D’après notre source, le pouvoir algérien ne sait pas quoi faire. « On dit que Sellal a proposé de vaforiser le RCD et le FFS lors des prochaines élections en leur offrant plus du sièges au parlement dans l’espoir de les voir reconquérir le terrain en Kabylie.

D’ailleurs des instructions ont été déjà donnée au patron de la presse algérienne de ne plus critiquer ces deux formations politiques et de leur offrir plus d’espace d’expression dans les médias, surtout au sein des télévisions », ajouta notre source qui est un journaliste très informé de ce qui se trame au sein du régime à cause de son ancienneté dans le domaine.

Reste seulement à savoir si le pouvoir a contacté directement le RCD et le FFS à ce propos, ce qui est , au fait, très probable.

Lounès B