Déclaration des habitants de la cité Tobal, Bgayet

2
Bgayet

BGAYET (Tamurt) – Les travaux de construction d’une mosquée sur le terrain mitoyen au siège de l’UNFA, à la cité Tobbal ont été entamés malgré l’hostilité des riverains et l’indignation de nombreux citoyens. Cette opposition s’est manifestée, par l’envoi d’une requête sous forme d’une pétition adressée au président de l’APC de Bejaia et par plusieurs articles sur les réseaux sociaux.

Malheureusement aucune suite ne leur a été réservée. Les résidents du quartier Rue Ouabdelkader de la cité Tobbal, avaient soulevé le problème, dès leur constat du panneau de l’intention de construire une mosquée sur ce terrain. Leur réaction obéissait à des considérations de respect de leur cadre de vie. Ils ne se sont aucunement attaqués ni à la religion, ni aux mosquées pour éviter toute manipulation politicienne. D’un point de vue purement urbanistique, cet espace, situé dans un carrefour où la circulation est déjà très dense, ne peut recevoir l’implantation d’une mosquée qui risque d’asphyxier davantage les lieux. Les désagréments engendrés pèseront lourdement sur les riverains en particulier et sur les citoyens de la ville, sachant que ce carrefour est un point de transit très important pour la circulation automobile et au transport en commun urbain. Cet espace trop exigu ne suffit nullement pour ériger un lieu de culte.

Par ailleurs, il ne peut coexister avec une salle des fêtes qu’abrite le siège de l’UNFA à proximité. Il ne dispose d’aucun espace de stationnement, ni ne répond à aucun besoin exprimé par les riverains, dès lors que des mosquées sont à peine à cinq minutes de ce lieu. Qui est derrière ce projet ? N’y a-t-il pas derrière cette apparente incohérence, une visée qui ne dit pas son nom ? Ce projet a-t-il fait l’objet d’une enquête Commodo-incommodo, comme le stipule la réglementation ? Est-il conforme aux normes et aux instruments d’urbanisme ? L’attribution de cette parcelle à une association religieuse, répond-elle aux procédures légales en matière de cession des biens communaux ?

Les citoyens ne veulent pas que cette parcelle de terrain soit destinée à un équipement qui nuit à leur quiétude et qui devrait, en toute logique, être aménagée en jardin public, en aire de jeux pour enfants ou en structure sanitaire. C’est pourquoi, nous interpellons Monsieur le Président de l’APC de Bejaïa, en sa qualité de représentant de la population de la ville, pour notifier l’annulation du permis de construire et de destiner ce terrain aux besoins exprimés par les citoyens.

Signataires

Boutrid Mohand larbi Architecte, Guenfissi Hocine Ecrivain, Amokrane El Madid, Hitouche Rachid auteur-romancier, Ait Yahia Ahmed commerçant, Samsar Karim Architecte, Adjadj Amar Krim Archircte, Karim Ziane Artste-peintre, Aggoune Mokrane Enseignant,Tari Aziz Militant politique, Arour Foued Architecte, Meziane Belkacem Chef d’entreprise, Saidi Hocine Architecte, Lazizi Salah Retraité, Hamdaoui lila Chef d’entreprise, Yahiaoui Hassane Architecte, Adjlia Yanis Militant politique, Azzoug Ahmed Architecte, Ikhloufi Djamel Enseignat, Adel Fares informaticien, Zeblah Zoubir entrepreneur, Oubira Lahcene citoyen, Amokrane Hocine médecin, Bezzouh Salah enseignant, Sadji Tarik Agent immobilier, Ait Ighil Mohand Artiste, Sadji Abdelkader Journaliste.

2 COMMENTAIRES

  1. JE CONSEIL LES HABITANTS DE FAIRE UN RECOURS AU CONSEIL D’ETAT POUR UN EXCES DE POUVOIR—REP— C’EST UNE PROCEDURE EN REFEREE CONTENTIEUSE EN DROIT ADMINISTRATIF,IL FAUT FAIRE EN MOINS POUR ARRETER LES TRAVAUX

  2. La mosquée pour le régime est un lieu d’enchainement et de dépersonnalisation du peuple kabyle. C’est un lieu de déchéance morale qui a terme concourera à faire rentrer le kabyle dans le rang de la mythique « AKHIARO OUMMA AKHRADJATE LINASS », derrière toutes ces mosquées qui se construisent en kabylie il y’a une faune de corrompus kabyles dirigée par les sbires d’Alger, les entremetteurs du Qatar et de l’arabie. Celui qui a délivré le permis de construire a du encaisser un sac poubelle rempli d’un argent qui exhale sa puanteur. Une pétition citoyenne ne peut rien contre ce genre d’individus. Seule des manifestations violente peuvent remettre en cause ce projet.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici