Déclaration des détenus et militants du 19 mai 1981 : « A tous les kabyles, l’heure est grave »

5
détenus avril1981

KABYLIE (Tamurt) – La Kabylie vit un tournant décisif de son histoire. Plus que jamais otage de luttes d’intérêts entre diverses factions, elle se voit menacée dans son identité, son authenticité, voire son existence même.

En effet, au bout de plusieurs décennies de lutte pour sa dignité, des années de répression et de tromperie, ses ennemis, le Pouvoir d’Alger, ses relais locaux qui profitent des largesses de leurs parrains, les tenants de l’arabo-islamo-baathiste tentent de s’emparer de ses symboles.

Nous, acteurs des événements du 19 mai 1981, condamnons fermement les agissements de ce pouvoir illégitime et de ses valets, les enfants indignes de la Kabylie qui endossent la mission criminelle de l’anéantissement de notre peuple et de ses valeurs.

Nous dénonçons les menées de ces renégats qui, pour une position, une part de pouvoir, un privilège dans la répartition de la rente, acceptent de vendre leur âme et mettre la Kabylie en danger

Nous appelons les Kabyles et tous ceux qui aiment la Kabylie à la plus grande vigilance, à l’unification des rangs et au compter sur soi pour des actions pacifique et constructives.

Parce qu’il est le seul à porter toutes les revendications de la Kabylie, parce qu’il est le seul à s’inscrire dans une rupture radicale avec l’arabo-islamisme et avancer d’un pied ferme vers la laïcité et la modernité, en cette qualité, le MAK est ciblé, et à travers lui, c’est toute la Kabylie qui est visée.

Nous dénonçons l’acharnement du système et de ses relais serviles contre un mouvement pacifique pour la bonne raison qu’il est le seul à incarner toutes les revendications du peuple kabyle depuis le début de son combat.

Nous, détenus du 19 mai 1981 et leurs camarades militants, déclarons notre soutien résolu à ce mouvement.

Détenus et militants du 19 mai 1981