Déclaration du RPK: D’une imposture politique à une autre

1
Réunion RPK
Réunion RPK

KABYLIE (TAMURT) – Le Rassemblement pour la Kabylie (RPK) vient de nous envoyer une déclaration sur le repport de la présidentielle qu’il qualifie d’imposture. Nous la publions dans son intégralité.

Les élections présidentielles d’avril 2019 sont annulées. Cette annulation, qui relève plus de l’exigence politique que d’un fondement constitutionnel ou légal, aurait eu toute sa portée et sa justification si elle avait été accompagnée immédiatement par la démission de Bouteflika. La vacance du pouvoir et la mobilisation sans précédant des citoyens contre le système auraient pu, en effet, donner un fondement légitime à la suspension provisoire à l’ordre constitutionnel et préparer les conditions nécessaires pour la réussite d’une transition démocratique. Mais, comme à son accoutumé, le pouvoir veut encore ruser avec le peuple en essayant désespérément de lui voler l’une de ses principales revendications. L’annulation des élections est révélatrice de l’incapacité de Bouteflika à organiser un scrutin et à assurer l’alternance de manière démocratique. De passif en passif, il veut mener aujourd’hui le pays vers le chaos.

La dérobade, en dernière minute, de son engagement à se présenter pour briguer un 5ème mandat est symptomatique de son caractère fourbe et mensonger. Et vu la gravité de cette mascarade, dans un Etat de droit, une poursuite judicaire devrait être légitiment engagée soit pour usurpation de nom contre son directeur de compagne déclaré, soit pour mensonge d’Etat contre le président lui-même. De cet épisode, s’il y a une conclusion à tirer c’est bien de remettre en cause toute validité des écrits qui sont adressés au nom du président de la république. Aujourd’hui l’Algérie est dirigée par un pouvoir occulte qui ne fait cas ni de la constitution ni des lois, et pour se maintenir, il usera des procédés les plus invraisemblables.

La conférence qu’il se propose d’organiser, n’en déplaise aux gouvernements étrangers qui l’ont gratifiée, est un traquenard politique pour, d’une part, avaliser le caractère anticonstitutionnel de la prolongation du 4eme mandat et casser, d’autre part, la dynamique citoyenne afin permettre au système de se régénérer maintenant qu’il est acculé pour s’effondrer. La meilleure réponse à cette nouvelle imposture est le maintien et le renforcement de la mobilisation citoyenne, et on ne le répétera jamais assez, dans sa forme pacifique.

Le Rassemblement Pour la Kabylie, tout en rappelant son leitmotiv d’une Kabylie autonome dans une Algérie plurielle et démocratique, appelle les citoyens à de grandes mobilisations populaires pour le vendredi 15 mars pour dire :
• Non à la prolongation du 4eme mandat !
• Pour le départ du système !
• Oui à une transition démocratique fondatrice d’une IIième République reconnaissant les autonomies régionales!

Le Bureau du RPK, réuni le 12/03/2019
P/Le RPK, Le Coordinateur Hamou BOUMEDINE

1 COMMENTAIRE

  1. La kabylie autonome ne peut être fruit d’une décision des araboislamiques. C’ est une erreur dans la vision de la nation qui procède de l’ État central. Un positionnement en subordination. Quand on se fait petit on propose de fait au pouvoir d’ octroyer l’ autonomie. Et bien dans la déclaration de Lamamra il est dit clairement que tout est discutable sauf  » les constantes « . Ces constantes disent l’ impératif de l’ arabe et l’ islam, ce que la  » rue » partage avec le pouvoir. Conclusion, doit on attendre que se consolident les liens sémantiques des manifestant foncièrement arabises et le régime dictatorial, puis pleurnicher en victimes ou bien devancer le processus en indiquant la voie, celle de la méthode des Aarachs et ainsi aboutir au parlement Kabyle. Du reste en kabylie il y a cet État décentralisé vécu que les autres peuvent copier , même si je doute fort qu » ils auront cette humilité, ce qui servira de modèl aux autres régions pour qu’ ensuite avoir un parlement national représentatif!

    Pour ma part cette crise est identitaire qui en s’ explosant elle a détruit la superstructure de façade des institutions. Les hommes appliquent ce qu’ils ont intériorisé. S’ attendre plus est trop risqué, car l’ islam est l’ unique substrat culturel sur lequel repose ce mouvement, à la longue il prendra le relais si une alternative systémique n’ est pas proposée, la Kabylie peut l’ offrir

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici