Il défend le ministre limogé : Amara Benyounes dit que c’est lui qui est visé

7
Amara Benyounes

ALGÉRIE (Tamurt) – Suite à l’éclatement de l’affaire du désormais ex-ministre du tourisme, Messaoud Benagoune, issu du MPA de Amara Benyounes, plusieurs observateurs en Algérie se sont interrogés s’il ne s’agissait là que d’un épisode parmi tant d’autres de la guerre des clans qui aurait repris de plus belle en perspective des élections présidentielles de 2019.

Mais pourquoi donc Amara Benyounes et son parti, le MPA,  seraient-ils visés, dès lors que ce dernier soutient d’une façon zélée le clan du Président Bouteflika. Les choses seraient plus compliquées car la guerre larvée que se livreraient les clans, en ce moment, dans l’optique des présidentielles de 2019, sont loin de se résumer au clan de Bouteflika et à un autre qui s’opposerait à ce dernier. En tout état de cause, et contre toute attente, la réaction de Amara Benyounes, ce lundi, quant à l’affaire du ministre qu’il a lui même proposé au gouvernement de Abdelmadjid Tebboune confirme que l’affaire de Messaoud Benagoune est plus complexe que l’on puisse le croire. C’est le cas de le dire car Amara Benyounes, en réagissant, ne s’est pas limité à se défendre et à s’en laver les mains en disant par exemple qu’il ignorait tout des antécédents judiciaires de Massaoud Benagoune. Amara Benyounes, bien au contraire, a pris la défense de ce dernier. Il est évident que dans ce genre d’affaires, « on » a dicté à Amara Benyounes ce qu’il doit dire et surtout ce qu’il ne doit pas dire. La preuve, il a attendu plus de vingt-quatre heures pour réagir malgré la gravité de cet événement, d’un genre inédit dans les annales, non seulement en Algérie mais dans le monde entier.

Ainsi, Amara Benyounes a estimé qu’il s’agissait tout simplement d’une campagne « infâme et un acharnement indigne » à l’encontre de Messaoud Benagoune du MPA et de son président. Le président du MPA a rappelé que Messaoud Benagoune a été candidat aux dernières législatives dans la wilaya de Batna et qu’il avait de ce fait systématiquement satisfait toutes les conditions pour être candidat notamment présenté un casier judiciaire « vierge ». Amara Benyounes, fait mine de s’interroger (alors qu’il les connait sans doute) qui sont les auteurs de « cette machination diabolique qui a jeté en pâture  l’honneur d’un jeune  militant dont le seul tort  est de vouloir servir son pays. » « Qui sont les commanditaires qui cherchent à tromper l’opinion par des contrevérités infamantes ? Qui sont les commanditaires qui, au nom de la lutte contre la corruption, cherchent à nuire à un parti, le MPA ? », souligne Amara Benyounes qui ajoute avec certitude : « Messaoud Benagoune n’est ni un délinquant, ni un corrompu, si vous cherchez les corrompus, vous le savez, ils sont chez vous ». Par « vous », Amara Benyounes veut parler de qui exactement ? Il ne réponde pas. Mais il suffit de lire entre les lignes la réaction d’Amara Benyounes pour comprendre et conclure que l’affaire du ministre Messaoud Benagoune revêt une dimension plus étendue que l’on puisse le croire. L’avenir proche nous donnera sans doute les détails de ce coup fatal dont Amara Benyounes a été la cible de la part du clan fort du pouvoir algérien. Pour le moment.

Tahar Khellaf