Démocratie canadienne versus démocratie kabyle

9
Démocratie canadienne versus démocratie kabyle

(Contribution Tamurt) – Dans le cadre de l’élection partielle qui se déroulera le 3 avril prochain dans la circonscription de Saint-Laurent, à l’ouest de Montréal, le Parti libéral du Canada (PLC) du premier ministre Justin Trudeau a organisé une course à l’investiture.

Alors que tout le monde attendait une victoire facile d’une ancienne ministre qu’on dit proche de Justin Trudeau, Yolande James, les membres du PLC de cette circonscription ont élu une jeune inconnue de 26 ans. Selon plusieurs observateurs, le premier ministre aurait eu le droit de nommer quelqu’un ou du moins exprimer le fait qu’il voulait Yolande James dans Saint-Laurent. Toutefois, il a préféré ne pas interférer dans le choix des militants de la circonscription. Sans cela, les journalistes ne l’auraient d’ailleurs pas épargné.

Quelques minutes après l’annonce des résultats, madame James a reconnu sa défaite et a félicité l’outsider par ce tweet : « Ce soir, la famille libérale de St-Laurent a donné sa confiance à Emmanuella Lambropoulos. Je tiens à la féliciter pour cette victoire! »

Une semaine après cette investiture, la redoutable presse canadienne, véritable 4e pouvoir dans le pays, ne lâche pas le morceau et continue de scruter les moindres indices suite aux allégations sur l’implication du premier ministre dans le blocage de la candidature du maire de Saint-Laurent.

Quelle classe, quelle humilité et quelle leçon de démocratie et de professionnalisme, que nous donnent ces politiciens et journalistes canadiens. Pourtant, ils ont deux yeux, deux oreilles, deux bras et un cerveau, tout comme nous! Pourquoi donc nos partis kabyles (FFS et RCD) privilégient le copinage et le népotisme aux règles de fonctionnement d’une société civilisée dans la confection des listes de candidats aux soi-disant élections algériennes?

Pourquoi nos deux « zaïms » considéraient les organisations politiques qu’ils présidaient comme leur propriété privée? Pourquoi concentraient-ils tous les pouvoirs entre leurs mains, à l’image de Staline, en plus de se donner cette latitude de nommer et de dégommer les responsables de « leur parti » à tous les niveaux? Est-ce par contagion de la part des régents d’Alger, qui s’avèrent être leurs mentors et sponsors ? Ou bien s’agit-il, simplement de la nature humaine qui, en l’absence de garde-fous, de contre-pouvoirs et d’une presse d’investigation abuse souvent dans l’exercice des responsabilités?

Osons espérer que les dirigeants souverainistes kabyles n’adoptent pas ces pratiques autocratiques et qu’ils puissent également s’inspirer des pratiques démocratiques à l’image des élections primaires organisées aux États-Unis, en France et dans bien d’autres pays démocratiques.

La culture du « zaïm », propre aux sociétés du Moyen-Orient, incompatible avec nos valeurs ancestrales kabyles, doit être bannie du mouvement. Rappelons-nous de la leçon de démocratie qu’avaient donnée nos aïeux à l’émir de Mascara communément appelé l’émir Abdelkader à Lmateka et à Bougie en 1838.

Les dirigeants du MAK-ANAVAD doivent faire confiance à la base militante, notamment les jeunes, et arrêter de substituer des assemblées générales électives par des nominations folkloriques, comme ce fut le cas à Montréal le 9 juillet 2016. Autrement, la crédibilité du mouvement souverainiste sera mise à rude épreuve. Ils doivent, en outre, encourager l’émergence d’une presse kabyle objective et professionnelle, ouverte à toutes les tendances et préoccupations de la société kabyle. Il est en effet, triste de constater que la section du MAK de Montréal qui comptait, à elle seule, plus de 450 militants encartés au bon vieux temps, commence à se réduire comme une peau de chagrin.

Croire que la reproduction des mêmes pratiques du FFS et du RCD, héritées du pouvoir mafieux d’Alger et de l’émir Kader, l’ami de la France, ne reproduit pas les mêmes effets, pace qu’on est colonisé, est illusoire. Boumediene, Fidel Castro, Pol Pot, Amine Dada, Ben Ali, Vladimir Poutine et bien d’autres l’ont déjà essayé. Leurs résultats sont épouvantables!

Albert Einstein l’a bien dit : « la folie, est de toujours se comporter de la même manière et de s’attendre à un résultat différent ».

 Aksil At-Wali