Les députés du RCD et du FFS isolés dans le parlement Algérien

5

ALGÉRIE (Tamurt) – Les députés kabyles, une vingtaine environs, c’est-à-dire ceux du FFS et du RCD, sont complètement isolés au sein de parlement du régime Algérien. Ils sont les seuls pratiquement à rejeter la politique du gouvernement. En tant que kabyles, Ils sont taxés d’éternels opposants.

En face d’eux, plus de 400 députés Algériens qui apportent un soutien automatique et aveugle à toutes les lois du régime. Le régime, pour dénigrer et humilier la minorité des députés kabyles , a choisi de le faire par le biais des kabyles de service. Ainsi, Ahmed Ouyahia a qualifié les députés de la Kabylie d’une minorité rejetée par tous les Algériens. Le chef du groupe parlementaire du FLN, Saïd Lakhdari, parlementaire depuis 2003, a chargé ses « frères Kabyles », lors de son intervention. Illettré et ne maltraitant aucune langue correctement, au point de ne pouvoir jamais formuler une phrase avec une seule langue, Saïd Lakhdari n’a pas trouvé quoi dire pour plaire à ses mentors du régime que de qualifier les députés du FFS et du RCD « d’incompétents ». Rien de grave puisque le ridicule ne tue pas. C’est ainsi que les députés kabyles sont à chaque fois insultés par la majorité des Algériens. Pourtant ils savent pertinemment qu’ils ne pourront jamais changer le système politique Algérien . Les députés kabyles, qui sont considérés comme des agents à la solde de l’étranger, sont conscients dans leur for intérieur du racisme dont ils sont victimes.

On se demande pourquoi ils continuent à subir de telles humiliations? La dignité vaut pourtant plus que les avantages financiers dont ils bénéficient. Les députés kabyles, dont la plupart sont des militants de terrain et de longue date au sein du FFS et du RCD, sont tous universitaires et intellectuels. Leurs compétences en sont utiles que pour la Kabylie. Le FFS et le RCD ne seront considérés à leur juste valeur que dans une Kabylie libre et indépendante. Le comble, au sein du parlement Algériens, les élus du FFS et du RCD se regardent comme des chiens de faïence.

Ravah Amokrane