Dérapage de Hichem Aboud : « Ali Belhadj est le Mandela algérien »

1
Aboud Hichem
Aboud Hichem

ALGERIE (TAMURT) – Le Célèbre journaliste et opposant au régime politique algérien, Hichem Aboud a commis un grave dérapage dans l’une des émissions que sa chaine de télévision « Amel-TV » a diffusée avant-hier, en soirée. En effet, Hichem Abboud n’a pas hésité à qualifier l’ancien numéro 2 du Front Islamique du Salut-dissous (ex-FIS), Ali Belhadj, de Mandela algérien.

Hichem Aboud a répété plusieurs fois cette expression lors de l’émission en question en allant même jusqu’à mettre en avant des arguments qu’il juge valable afin de justifier une comparaison des plus absurdes et des plus erronées. Hichem Aboud, qui est loin d’être un novice ni un analyste non-averti, encore moins un incompétent, pèse pourtant tous ses mots malgré la passion qui se dégage à chaque fois de ses propos. Pourquoi donc a-t-il osé franchir le Rubicond en défendant un homme que l’histoire a classé inéluctablement dans la case des plus grands responsables du drame de la guerre civile et fratricide qu’a vécue l’Algérie durant plus de quinze ans ?

En plus, supposons que Ali Belhadj n’avait pas décidé d’avoir recours à la violence armée, le fait qu’il véhicule des idées obscurantistes et qu’il qualifie, de manière assumée et publique, la démocratie de « kofr », fait qu’il n’ y a même pas l’ombre d’une ressemblance entre Ali Belhadj et le grand militant- pacifiste Nelson Mandela. S’il suffisait de passer quelques décennies en prison pour devenir un Mandela, la terre en fourmillerait ! Pourquoi Hichem Aboud a-t-il pris un tel raccourci ? Hichem Aboud, qui intervient quotidiennement sur sa nouvelle chaine de télévision, aurait bien l’amabilité de rebondir sur ce sujet en donnant plus d’explications.

L’absence d’une vraie opposition en Algérie ne peut aucunement justifier le fait de qualifier Ali Belhadj de Mandela algérien. Il aurait été plus judicieux de le comparer à un Ben Laden par exemple, les deux hommes ayant une infinité de points en commun à commencer par l’intolérance et le sang des milliers de victimes qu’ils ont sur les mains.…

Tarik Haddouche