Des jeunes filles du sud du Maroc dénoncent les militaires algériens

8

MAROC (Tamurt) – Un collectif de jeunes filles du sud du Maroc internées dans les camps de réfugiées par la malice du Polisario et l’armée Algérienne. Victimes de harcèlements sexuels et d’intimidations de la part de certains militaires algériens et de l’organisation militaire du Polisario, des centaines de jeunes femmes de ces camps ont vécu des injustices et certaines ont été violées par les militaires. Les femmes et les jeunes filles de ces camps vivent un calvaire depuis des années.

Elles subissent les pires atrocités de la part de leurs bourreaux sans trouver une oreille attentive à qui se plaindre. Les victimes souffrent en silence. Elles ne peuvent pas protester. Selon certaines activistes qui ont réussi à prendre contacts avec le monde extérieur de ces camps, les habitants internés à Tindouf, au sud Ouest d’Algérie, non loin des frontières Marocaines, un collectif de femmes est né dans la clandestinité et des liens ont été d’ores et déjà noués avec des ONG Européennes afin de faire éclater ce scandale.

« Nous avons des preuves irréfutables des exactions commises contre nos femmes et certains militaires algériens, notamment de hauts gradés, sont identifiés. Nous allons dans les premiers temps sensibiliser l’opinion internationale sur ces graves affaires d’atteintes aux droits de l’homme et par la suite des poursuites judicaires au niveau des instances internationale ne sont pas à écarter », nous a déclaré Hamed, un jeune du Sud de Maroc qui a confié à Tamurt.info que la situation dans laquelle vivent ses compatriotes est insupportable dans les camps de Tindouf.

D’autres dépassements ont été signalés par le passé par les habitants du Sud du Maroc, qui sont presque tous des amazighones, que le régime algérien veut arabiser à tout prix. Des milliers de citoyens sont pris en orage dans des conditions humanitaires très précaires.

R.Moussaoui